Résultats Présidentielle 2012

» S'identifier
Lundi 30 novembre, 10:02
Accueil > Loisirs > Ciné > Les Adieux à la Reine : Un film de femmes fait par un homme

Les Adieux à la Reine : Un film de femmes fait par un homme

Marie-Antoinette : Les adieux à la reine


"Les Adieux à la reine" de Benoît Jacquot est un film qui parle de femmes porté par un trio d'actrices et adapté d'un roman écrit par une femme.

Virgine Ledoyen, Diane Kruger et Léa Seydou, les actrices principales du film de Benoît Jacquot
Virgine Ledoyen, Diane Kruger et Léa Seydou, les actrices principales du film de Benoît Jacquot SIPA/VPE/WENN.COM

Les Adieux à la Reine de Benoît Jacquot est un film qui raconte Marie-Antoinette comme on l'a très peu fait jusqu'à ce jour : une femme qui aimait une autre femme. Et tout commence par un roman.

Première femme : Chantal Thomas

Le long métrage est adapté du roman éponyme de Chantal Thomas, Les Adieux à la Reine, couronné du Prix Femina 2002. Pour son premier roman, elle raconte trois jours à Versailles, du matin du 15 juillet au soir du 18 juillet 1789. Tandis que Versailles se réveille sens dessus-dessous à la nouvelle de la prise de la Bastille. L'auteur se confie sur le site du Nouvel Obs sur les origines du livre. « Je travaillais sur la presse ancienne, explique Chantal Thomas à l’hebdomadaire, et plus je me plongeais dans ces journaux d'époque, plus je mesurais à quel point l'histoire est ouverte pour les contemporains qui la vivent. Je me disais, ces gens sont exactement dans le même état d'esprit que nous, ils portent les mêmes interrogations sur l'avenir. A chaque seconde, ils se questionnent sur ce qui va advenir. En écrivant, mon désir était de rendre palpable et sensible ce temps incertain, comme suspendu, alors que tout est en train de s'écrouler. »

Diane Kruger : une Marie-Antoinette crédible

Après avoir joué des rôles assez variés, Diane Kruger s'attaque à Marie-Antoinette. Et elle le fait avec conviction. L'actrice allemande joue avec finesse de sa pointe d'accent originel. Dans le dans le magazine Têtu, elle décrit son personnage, qui, dans le film, affiche une relation très forte avec Gabrielle de Polignac (Virginie Ledoyen) : « Je ne sais pas si elle était lesbienne, mais ce qu'a voulu exprimer Benoît Jacquot, c'est que Gabrielle de Polignac était sa seule confidente à la cour de Versailles et qu'elle l'aimait très fort. On ne va pas réécrire l'histoire, mais c'était un amour très intense » . Enfin, des similitudes entre l'actrice et la reine sont nombreuses : elle est allemande, Marie-Antoinette était autrichienne. Leurs mères s'appellent toutes deux Marie-Thérèse. Diane est aussi née un 15 juillet, et comme Marie-Antoinette, elle est arrivée en France à l'adolescence.

Léa Seydoux : la nouvelle Scarlett Johansson

Léa Seydoux, 26 ans, a déjà bluffé les Américains qui la comparent déjà à Scarlett Johansson. Et on les comprend puisqu'elle a brillé avec son rôle dans Inglorious Basterds de Quentin Tarantino (2009), puis elle est apparue princière dans Robin des bois, de Ridley Scott (2010), inoubliable dans Minuit à Paris de Woody Allen qui avait un casting de rêve et implacable, face à Tom Cruise, dans Mission : Impossible - Protocole fantôme de Brad Bird (2011). Dans Le Figaro Madame, elle confie : « Benoît m’avait donné deux scénarios à lire : celui d’Au fond des bois (finalement interprété par Isild Le Besco) et celui-là. J’ai eu un "crush" pour celui-là. (...) J’ai toujours aimé le passé, car j’y fantasme – à tort, sans doute – les gens plus beaux et plus intelligents. Surtout le XVIIIe siècle, où le romantisme se dispute au fatalisme. »

Virginie Ledoyen, sulfureuse comtesse

Dans Les Adieux à la reine, Virginie Ledoyen interprèteune sulfureuse comtesse de Polignac. Elle confie dans Les Inrocks : « Les films de Benoît sont toujours des portraits de personnages qui s’affranchissent et basculent et en même temps des documentaires sur les acteurs en train de les interpréter. Ce n’était pas simple de jouer un pur objet de fascination en peu de scènes et surtout en très peu de mots. D’ailleurs, ce serait prétentieux de croire qu’on peut le jouer : il faut juste le laisser filmer, faire confiance au metteur en scène pour le cristalliser. Mon personnage est le produit de son époque : elle a peur de perdre ses privilèges, de perdre ce qu’elle pensait acquis pour toujours. Mais ce qui en fait le produit de son époque lui donne une résonance très contemporaine : dans notre société, tout le monde a un peu peur de ça, je crois. » L'actrice retrouve le réalisateur avec qui elle a déjà travaillé pour La fille seule en 1995.

Sofia Coppola : Versailles en décor

Le Marie-Antoinette de Sofia Coppola en 2005, avec sa vision rose et sucrée de la Cour, avait remis Versailles au goût du jour : pour la première fois la réalisatrice américaine avait été autorisée à poser sa caméra dans les replis les plus secrets du château. Benoît Jacquot à son tour, qui a filmé au printemps dernier, a pu disposer de plus d'une dizaine de décors de son choix et lâcher 200 figurants, en plus de l'équipe technique, sur le parquet de la Galerie des Glaces. Et de confier : « Je n'imaginais pas y être autorisé et j'étais un peu inquiet... Mais au Château, ils nous disaient qu'elle (la Galerie) en avait vu d'autres ! »

Un homme : Benoît Jacquot

Le cinéaste cinéphile, qui confesse volontiers sa passion des femmes, a paré ses actrices Diane Kruger, Léa Seydoux et Virginie Ledoyen de leurs plus beaux atours et conçu chaque plan comme un tableau de maître pour suivre les trois derniers jours de la royauté au Palais, juste avant la fuite. « Je suis un amateur de fin de règne », confie le réalisateur dont le film a fait en février l'ouverture du Festival de Berlin. « Elles se ressemblent toutes depuis la nuit des temps: ceux qui ont le pouvoir s'y accrochent jusqu'au bout, d'où qu'ils viennent socialement ». Réalisateur passionné de littérature et « philogyne » - c'est son mot - Benoît Jacquot est un cinéaste vers lequel les actrices aiment à revenir : il retrouve ici Virginie Ledoyen pour la 3è fois (et Isabelle Huppert a tourné cinq fois avec lui). « Je ne peux filmer une femme pour laquelle je n'aurais pas d'attachement », avoue-t-il, car plusieurs de ses actrices préférées furent aussi ses compagnes.

 

 

Voici la bande-annonce :

Par M.-E. W.-J.

FranceSoir l'e-mag en PDF
FranceSoir l’e-mag a 1 an
N° anniversaire gratuit à découvrir en PDF
Télécharger

France-Soir sur Facebook

En images

Sylvia Kristel en 10 photos


Plus d’articles


Dernières vidéos

Audiences TV : Taxi est loin devant

» Voir toutes les vidéos

En images

Sylvia Kristel en 10 photos


Les derniers commentaires

    Les membres les plus actifs

    • HeyBaal HeyBaal, le 26 jui à 17:29

      288500 points
      5570 commentaires

      En savoir plus sur HeyBaal


    • nellyolson nellyolson, le 21 sep à 19:55

      203400 points
      3716 commentaires

      En savoir plus sur nellyolson


    • Bluesun Bluesun, le 26 jui à 17:21

      155550 points
      2987 commentaires

      En savoir plus sur Bluesun


    • pasloi pasloi, le 3 mai à 21:48

      150550 points
      2433 commentaires

      En savoir plus sur pasloi


    • Jakyburn Jakyburn, le 20 avr à 21:02

      99900 points
      1686 commentaires

      En savoir plus sur Jakyburn


    Quiz

    Testez vos connaissances

    Quiz Info : Insolites, Retraite, Football et Hollande


    Programmes TV du jour

    Horoscope Quotidien 2012

    TV Tout sur Koh Lanta

    TV Tout sur Pékin Express