Résultats Présidentielle 2012

» S'identifier
Vendredi 27 novembre, 05:42
Accueil > Loisirs > Littérature > Mois de la Photo - Les petits endroits qu'il ne faut pas manquer

Mois de la Photo - Les petits endroits qu'il ne faut pas manquer

Littérature


À l'occasion du Mois de la Photo 2010 de Paris, qui a débuté depuis ce 1er novembre, FranceSoir.fr a sélectionné les lieux d'exposition à ne pas manquer. Une occasion de découvrir des artistes plus ou moins avertis et des galeries de la capitale méconnues.

Entrez dans le diaporama ci-dessus

Le Mois de la Photo fête son trentième anniversaire en 2010. En réalité, il se tient tous les deux ans à Paris depuis presque soixante ans et rassemble des dizaines d'expositions qui ont soit débuté le 1er novembre comme la manifestation, avant ou qui débuteront dans quelques jours. Certaines expositions se poursuivent aussi jusqu'en 2011. Ce qui n'est pas plus mal car il y a beaucoup à voir...


Outre, les grands pontes de la photo actuellement exposés à Paris et qui entrent dans le cadre du Mois de la photo tels que Larry Clark au Musée d'Art Moderne de la Ville, André Kertész au Jeu de Paume ou encore Raymond Depardon à la BNF, nous avons choisi de vous présenter (dans le diaporama ci-dessus) le travail de photographes avertis et de jeunes talents qu'il ne faut pas manquer en cette édition 2010.

Cette année le thème est « Paris collectionne ». France Soir.fr fait donc un zoom sur les œuvres inédites ou rarement vues et dont regorgent les galeries parisiennes.

(Ci-dessous : plus d'informations sur notre sélection diaporama)


Les appartements communautaires de Saint-Pétersbourg

Françoise Huguier, photo-reporter française pour la presse quotidienne dans les années 80 et passionnée d'Afrique à la suite de plusieurs voyages, a décidé de se pencher, ici, sur un type de logement soviétique appelé « Kommunalka » (appartements communautaires).

C’est au cours d’un premier voyage en 1991, alors qu’elle faisait étape à Saint-Pétersbourg, qu’elle avait été frappée par ce mode si particulier de cohabitation. L’envie de découvrir et d’explorer cette forme urbaine de proximité et de coexistences l'a forcée à louer une chambre dans un de ces appartements et d’y séjourner régulièrement.

Les toutes premières journées de Françoise Huguier, au cœur de cet appartement communautaire de Saint-Pétersbourg, ont été particulièrement déroutantes.

"Françoise Huguier : Kommunalka", du 5 novembre 2010 au 8 janvier 2011 au Pavillon Carré de Baudoin, 121 rue de ménilmontant, Paris XXe.


Les anciens talents de la Cité internationale des Arts

La Maison Européenne de la Photo (MEP), dont le directeur est cette année directeur artistique du Mois de la Photo, vient de racheter à la Cité internationale des Arts une collection d'œuvres de quinze photographes étrangers ou français qui sont autrefois passés par cet établissement artistique. Ils s'y voyaient offrir une résidence et un accès au laboratoire photo durant trois mois à deux ans. Cette exposition, qui restera à la Cité des Arts, nous donne ainsi à voir plusieurs générations d’artistes photographes de différents pays pour qui ce passage a servi de tremplin vers le monde parisien de la photo.

Dolorès Marat (dont une photo est présentée dans le diaporama) est née et travaille à Paris. Toutes ses images fonctionnent sur le même système : susciter et provoquer l'imaginaire avec des objets, des lieux et des personnages anodins qu'elle transforme de manière fantomatique.

"De la Cité internationale des arts à la Maison Européenne de la Photographie", du 10 novembre au 19 décembre 2010 à la Cité internationale des arts, 18 rue de l’hôtel de ville, Paris IVe.

Les anonymes d'Amérique du Nord

Le grand Raymond Depardon et ses amis de l'agence Magnum sont à l'origine de l'ouverture du BAL, nouveau lieu d'exposition, dédié exclusivement au documentaire dans toutes ses formes (photos, vidéos...). L'espace présente, en ce moment, son premier thème : l'anonymat en Amérique du Nord. Les photographes (de jeunes talents) évoquent une solitude extrême à l'ère de la consommation de masse en pleine usine, ville ou sur des routes et des stations services isolées.

"Anonymes", du 18 septembre au 19 décembre 2010 au BAL, 6 impasse de la défense, Paris XVIIIe.

La photographie contemporaine roumaine

L'Institut culturel roumain présente les travaux de jeunes talents roumains, ayant chacun leur vision de leur pays et leur pratique photographique.

Paysages urbains avec toutes leurs incongruités et quotidiens vécus à la limite de l’hilarité reflètent une vie sociale post-totalitaire depuis la fin du régime communiste et les années Caucescu en 1989.

“Ne tourne pas la tête !”, photographie roumaine contemporaine, du 1er au 30 novembre 2010 à l'
Institut culturel roumain, 1 rue de l’exposition, Paris VIIe.

L'Afrique des années 70

Dans les années 70, la photographie en Afrique se tourne vers l'esthétisme et elle se décline aujourd’hui sur un registre résolument contemporain. Malick Sidibé ou Seidou Keita conseillent leurs modèles sur la tenue, le décor, la pose, et discutent longuement avant de prendre le cliché. Pour ces deux photographes, leurs chroniques sont celles d’un présent universel : ce sont souvent des visages « masques » qui seront transmis aux générations futures. Ici, pas de spontaneïté, mais le rituel de la pose.

"Le Rituel de la pose - L’Afrique en noir et blanc dans les années 1970",  du 1er au 27 novembre 2010 au Musée des arts derniers, 28 rue St-Gilles, Paris IIIe.

Des reportages de guerre pas comme les autres

Le travail de Laurent Van der Stockt a souvent été repris dans la presse internationale que ce soit pour couvrir le conflit en Tchétchénie, en Bosnie, en Afghanistan ou en République Démocratique du Congo.

Son art est maîtrisé de la couleur jusqu'au cadre. En plein conflit et dans l'instantanéité de la guerre, naissent des portraits photographiques de soldats, de prisonniers ou de civils très différents de ce que l'on a l'habitude de voir dans la presse. En Irak, il cherche par exemple la femme militaire endormie comme un bébé dans son campement.

En septembre 2009, il décide à l'occasion d'une exposition qui lui était consacrée à la MEP, qu'aucune légende n'accompagnera ses photos. Ce photographe ne veut pas être considéré comme un reporter de guerre, même si tout dans son parcours prouve le contraire.

"Laurent van der Stockt", du 27 octobre au 27 novembre 2010 au Petit endroit, 14 rue portefoin, Paris IIIe.





Par Stéphanie Villeroy
C'est sur France Soir !

Plus d'articles Littérature

Publié : 03/11/10 - 19h40
Mis à jour : 04/11/10 - 01h24
  • Texte plus grand
  • Texte plus petit

SUIVEZ FRANCE SOIR SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX


FranceSoir l'e-mag en PDF
FranceSoir l’e-mag a 1 an
N° anniversaire gratuit à découvrir en PDF
Télécharger

France-Soir sur Facebook

Plus d’articles


Dernières vidéos

Audiences TV : Taxi est loin devant

» Voir toutes les vidéos

Les derniers commentaires

    Les membres les plus actifs

    • HeyBaal HeyBaal, le 26 jui à 17:29

      288500 points
      5570 commentaires

      En savoir plus sur HeyBaal


    • nellyolson nellyolson, le 21 sep à 19:55

      203400 points
      3716 commentaires

      En savoir plus sur nellyolson


    • Bluesun Bluesun, le 26 jui à 17:21

      155550 points
      2987 commentaires

      En savoir plus sur Bluesun


    • pasloi pasloi, le 3 mai à 21:48

      150550 points
      2433 commentaires

      En savoir plus sur pasloi


    • Jakyburn Jakyburn, le 20 avr à 21:02

      99900 points
      1686 commentaires

      En savoir plus sur Jakyburn


    Quiz

    Testez vos connaissances

    Quiz Info : Insolites, Retraite, Football et Hollande