Résultats Présidentielle 2012

» S'identifier
Dimanche 20 septembre, 22:16
Accueil > People-TV > Télévision-Média > Musique - Nicoletta, une vie en blues

Musique - Nicoletta, une vie en blues

Télévision-Média


La chanteuse est partout ce week-end à la télévision. Ce samedi chez Patrick Sébastien puis dimanche chez Michel Drucker. Portrait.

A 66 ans, Nicoletta – née Nicole Grisoni – n’a pas perdu l’affection du public, bien au contraire. La faute à quelques-unes de ses chansons qui ont définitivement marqué l’inconscient collectif, d’Il est mort le soleil aux Volets clos en passant par Mamy Blue ou La Musique. La faute à sa voix, aussi, celle d’une authentique chanteuse de blues, d’une femme à l’enfance cabossée et au parcours en dents de scie. La faute, également, à son histoire, celle d’une fille montée à Paris dans les années 1960 de son Thonon-les-Bains (Haute-Savoie) natal. « J’aimais le rock, les garçons sauvages en Perfecto, se souvient-elle. A l’époque, on passait la frontière pour aller acheter en Suisse des 45-tours d’Elvis Presley. La première fois que j’ai entendu Ray Charles et James Brown, je suis devenue folle… »

Cette passion ne l’a jamais quittée même si, de ses premiers succès en 1967 à aujourd’hui, sa carrière a connu quelques éclipses. De plus, la chanteuse n’a jamais eu l’esprit comptable. Elle se rappelle : « Lorsque j’ai commencé à avoir de l’argent, je me suis aperçu qu’en un an, j’avais gagné plus que ma grand-mère dans toute sa vie. Ça m’a terrifiée et j’ai commencé à jeter l’argent par les fenêtres. » Résultat, lorsqu’elle est passée de mode dans les années 1980 comme tant d’autres artistes de sa génération, Nicoletta s’est retrouvé le bec dans l’eau, contrainte d’accepter tout et n’importe quoi pour survivre. « Une période pas marrante. J’étais en plein divorce, mon fils était jeune. Je faisais alors la tournée des discothèques. J’en pleurais. »

Mariage en mai

Grâce à Bernard Lavilliers qui l’invite en 1983 à chanter avec lui Idées noires, elle sort un temps de cette traversée du désert. Puis replonge, avant de retrouver le public en se produisant avec des chorales gospel à partir du début des années 1990. « Un bonheur, assure-t-elle. Depuis, je me produis dans des églises, dans des endroits magnifiques. J’ai moi-même appris à chanter dans une chorale et je conseille toujours aux parents d’y inscrire leurs enfants. C’est la meilleure formation, bien meilleure que ce qu’on peut voir à travers les émissions de télé-réalité. » Pourtant, Nicoletta doit l’une de ses nombreuses renaissances aux yeux du grand public à ce type de programme. Soit la première édition de la Star Academy qui, en 2001, a choisi comme hymne La Musique. « C’était formidable ! Grâce à eux, j’ai programmé cent dates de concert. »

Pas de « tournée nostalgie »

Depuis, Nicoletta se « contente » d’une cinquantaine de dates par an qu’elle organise en association avec son compagnon Jean-Christophe, avec qui elle se mariera en mai prochain. « Ça se fera dans mon petit village de Vongy, là ou j’ai hérité de la maison de ma grand-mère. Je me marie aussi pour des raisons pratiques, mais pas seulement pour les affaires. Vous savez, une femme est toujours une proie dans ce métier… » Depuis quelques années, Nicoletta travaille en indépendante, produit ses disques. Et ça lui convient : les « tournées nostalgies », très peu pour elle. Explications : « On m’a proposé de participer à la tournée Age tendre et tête de bois mais j’ai refusé. Je n’ai pas envie d’en dire du mal parce que j’ai plein de copains là-dedans. Mais, pour moi, c’est plus un concept d’homme d’affaires qu’autre chose. » En préparation, un nouveau CD. Et, parmi les auteurs, on trouvera les rappeurs MC Solaar ou encore les membres de NTM Kool Shen et Joeystarr. Des potes, sensibles à sa voix, à sa musique, comme à sa personnalité. « Lorsque je viens les voir en concert, ils me disent, Tiens, voilà Mamy Blue ! Je trouve ça mignon… » Bref, c’est dit, tout le monde aime Nicoletta.


Mamy Blue, sa chanson

Ecrite en 1971 par Hubert Giraud pour Nicoletta, Mamy Blue est certainement celle qui résume le mieux sa carrière et synthétise son talent d’interprète. De plus, ce titre est profondément attaché à son histoire personnelle. Cette Mamy qui « n’est plus la pour me sourire/Me réchauffer me recueillir » est sa mère, qui s’est suicidée à la fin des années 1960. Une mère déficiente mentale, Nicoletta, a été élevée par sa grand-mère. Elle se souvient : « Après son enterrement, j’ai fait moi-même une tentative de suicide. Je suis restée huit jours dans le coma. Lorsqu’on m’a présenté plus tard cette chanson, c’était au bon moment, il fallait que tout ça sorte. Maintenant, elle appartient au public. »

Les Années bonheur
, 20 h 35, France 2 et Vivement dimanche, demain 14 h 10, France 2
Double CD En concert, disques SM2, 15,99 €.
Par Sébastien Catroux
C'est sur France Soir !

Plus d'articles Télévision-Média

Publié : 11/12/10 - 07h02
Mis à jour : 11/12/10 - 15h46
  • Texte plus grand
  • Texte plus petit

SUIVEZ FRANCE SOIR SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX


FranceSoir l'e-mag en PDF
FranceSoir l’e-mag a 1 an
N° anniversaire gratuit à découvrir en PDF
Télécharger

France-Soir sur Facebook

Plus d’articles


Dernières vidéos

Audiences TV : Taxi est loin devant

» Voir toutes les vidéos

Les derniers commentaires

    Les membres les plus actifs

    • HeyBaal HeyBaal, le 26 jui à 17:29

      288500 points
      5570 commentaires

      En savoir plus sur HeyBaal


    • nellyolson nellyolson, le 21 sep à 19:55

      203400 points
      3716 commentaires

      En savoir plus sur nellyolson


    • Bluesun Bluesun, le 26 jui à 17:21

      155550 points
      2987 commentaires

      En savoir plus sur Bluesun


    • pasloi pasloi, le 3 mai à 21:48

      150550 points
      2433 commentaires

      En savoir plus sur pasloi


    • Jakyburn Jakyburn, le 20 avr à 21:02

      99900 points
      1686 commentaires

      En savoir plus sur Jakyburn


    Quiz

    Testez vos connaissances

    Quiz Info : Insolites, Retraite, Football et Hollande