Résultats Présidentielle 2012

» S'identifier
Dimanche 18 août, 01:39
Accueil > People-TV > People > Pierre Perret : "Je ne dépose pas le bilan"

Pierre Perret : "Je ne dépose pas le bilan"

People


Sur plus de cinq décennies, il a tout vu, tout connu. Avec une intégrale de 29 CD, un livre sur la pêche et une tournée française, Pierrot a encore du boulot !

Pierre Perret  n'a pas l'intention d'arrêter sa carrière maintenant
Pierre Perret n'a pas l'intention d'arrêter sa carrière maintenant SIPA

Pierre Perret est en activité depuis plus de cinquante ans. Mais attention, il prévient : « Je n’ai pas l’intention de lâcher la rampe. Je ne dépose pas le bilan, tout ça ne veut pas dire que je m’arrête demain ! » L’occasion, tout de même, de revenir avec lui sur cinq décennies de chansons.

Les années 1950

« Comme je suis premier prix de conservatoire, j’ai fait mon service militaire dans la musique du train à la caserne Dupleix, à Paris, qui a été rasée depuis. Pour moi, il était inéluctable que je devienne soit comédien, soit musicien. Pas chanteur. C’est la fréquentation de Georges Brassens aux Trois Baudets qui a tout déclenché. Je me suis acheté ma première guitare et ma fiancée de l’époque voulait chanter. Je lui en ai écrit quelques-unes. Puis, un samedi soir, on m’a poussé sur scène de La Colombe. J’étais terrorisé, mais j’ai fait un tabac d’enfer. Dès le lendemain, j’ai signé un contrat chez Barclay. »

Les années 1960

« Mon premier album n’a pas marché, puis j’ai été gravement malade pendant deux ans. Ça n’a commencé à rigoler qu’en 1963, avec Le Tord-Boyaux. 100.000 disques vendus ! Je me suis alors acheté un coupé sport Simca, je faisais le play-boy… Avec Pierre Vassiliu, on fréquentait les yé-yé, on était tous copains. Puis, en 1966, ça a été l’explosion avec Les Jolies Colonies de vacances. Ça ne s’est plus arrêté, je vendais un million d’albums à chaque fois. En mai 68, tout le pays était paralysé. Alors, pour assurer mes concerts, j’avais loué un petit avion. »

Les années 1970

« A cette époque, tout était léger, on ne ressentait pas de menaces économiques. Au début de la décennie, je suis parti me reposer en faisant un tour du monde. En 1974, il y a eu Le Zizi. C’était le dernier morceau de la face B de l’album, je ne pensais même pas que ce titre passerait à la radio. Mais quand Europe 1 l’a diffusé pour la première fois, le standard a sauté ! C’était fou. Et puis il y a eu Lily, et d’autres succès. Tout allait pour le mieux. »

Les années 1980

« Tout a changé : le public, la technologie, les radios, les valeurs… Je remplissais les salles aux trois quarts, je ressentais comme un malaise. Mais je ne suis pas passé à la trappe. J’ai alors passé plus de temps sur mes bouquins, notamment sur mon dictionnaire de l’argot, Le Petit Perret illustré par l’exemple. Je ne me suis pas inquiété pour autant. J’avais déjà trente ans de carrière derrière moi et, je le sais, les Français aiment leurs chanteurs pour longtemps. »

Les années 1990

« Il y a eu un durcissement général. Ça m’a amené à une chanson comme La bête est revenue, sur la montée de l’extrême droite. Ce sont aussi des années ou le combat des femmes s’est radicalisé partout dans le monde. Peu de mecs se sont d’ailleurs investis comme moi dans cette cause ! »

Les années 2000

« J’ai senti qu’une nouvelle génération s’intéressait à mon travail. Mon public est subtil, réactif, sensible. Il sait récompenser d’un sourire mes efforts. Et puis on a commencé à ouvrir des écoles qui portent mon nom. Il y en a 22 ou 23 aujourd’hui. C’est marrant pour un mec qui s’emmerdait à l’école, sauf en cours de français. »

Aujourd’hui

« Mon nouveau morceau La Femme grillagée (qui traite du sort des femmes chez les intégristes musulmans, NDLR) ne passe pas en radio. Pour moi, c’est une forme de censure. Mais je ne me plains de rien, les salles sont pleines, l’album marche bien. Récemment, on m’a aussi accusé de tout (il a gagné son procès contre Le Nouvel Observateur, qui l’accusait notamment de mythomanie et de plagiat, NDLR). Je ne suis pas rancunier, mais pas maso non plus ! J’ai 77 ans et j’espère être assez lucide pour faire mes adieux le jour voulu. Je partirai alors comme un pet sur une toile cirée. La leçon de tout ça, c’est que le public ne peut pas s’être trompé pendant cinquante ans. »

En concert du 28 au 30 octobre à l’Olympia, Paris IXe. Intégrale 29 CD + DVD, disques Naïve, 235 €. Les Poissons et moi, éditions Le Cherche Midi, 16,15 €.

Sebastien Catroux
C'est sur France Soir !

Plus d'articles People


FranceSoir l'e-mag en PDF
FranceSoir l’e-mag a 1 an
N° anniversaire gratuit à découvrir en PDF
Télécharger

France-Soir sur Facebook

En images

Tom Cruise a 50 ans : Sa carrière en 20 photos (DIAPORAMA)


Plus d’articles


Dernières vidéos

Audiences TV : Taxi est loin devant

» Voir toutes les vidéos

En images

Tom Cruise a 50 ans : Sa carrière en 20 photos (DIAPORAMA)


Les derniers commentaires

    Les membres les plus actifs

    • HeyBaal HeyBaal, le 26 jui à 17:29

      288500 points
      5570 commentaires

      En savoir plus sur HeyBaal


    • nellyolson nellyolson, le 21 sep à 19:55

      203400 points
      3716 commentaires

      En savoir plus sur nellyolson


    • Bluesun Bluesun, le 26 jui à 17:21

      155550 points
      2987 commentaires

      En savoir plus sur Bluesun


    • pasloi pasloi, le 3 mai à 21:48

      150550 points
      2433 commentaires

      En savoir plus sur pasloi


    • Jakyburn Jakyburn, le 20 avr à 21:02

      99900 points
      1686 commentaires

      En savoir plus sur Jakyburn


    Quiz

    Testez vos connaissances

    Quiz Info : Insolites, Retraite, Football et Hollande


    Horoscope Quotidien 2012

    TV Tout sur Pékin Express

    TV Tout sur Koh Lanta

    TV Tout sur les Anges 4