Résultats Présidentielle 2012

» S'identifier
Dimanche 24 octobre, 13:47
Accueil > Pratique > Argent > Réforme - Crédit à la consommation : ce qui va changer

Réforme - Crédit à la consommation : ce qui va changer

Argent


Christine Lagarde présente aujourd’hui sa réforme du crédit à la consommation en Conseil des ministres. Pour les associations de consommateurs, le projet ne va pas assez loin.

« Un crédit vous engage et doit être remboursé. » Cette mention, qui devra bientôt figurer obligatoirement sur un contrat de prêt, peut apparaître comme une lapalissade. Elle constitue pourtant une des mesures principales du projet de réforme du crédit à la consommation que la ministre de l’Economie, Christine Lagarde, présente ce matin en Conseil des ministres.

Le but : obliger les organismes prêteurs à mieux informer les emprunteurs. Une ambition jugée insuffisante par les associations de consommateurs.

Achat d’une voiture, financement de travaux ou des études des enfants… deux tiers des Français ont recours au crédit à la consommation pour faire face à leurs dépenses.

Ces crédits financent 10 % de la consommation nationale, soit près de 100 milliards d’euros. S’ils sont indispensables, ils sont aussi à l’origine du surendettement d’un nombre croissant de ménages (plus de 700.000). Le projet du gouvernement, qui transpose une directive européenne, vise donc à sécuriser les emprunteurs.

Outre la mention précitée, toutes les publicités pour des offres de crédits à la consommation devront améliorer leurs informations relatives aux taux, frais et coût réel du bien.

Le consommateur n’aura non plus sept mais quatorze jours pour se rétracter. Et le prêteur devra s’assurer de la solvabilité du bénéficiaire. Des mesures qui devraient être examinées par le Sénat à partir du mois de juin.

Le crédit revolving en suspens

Mais « les pistes qui seront étudiées au Parlement dans les semaines à venir seront insuffisantes pour encadrer le crédit à la consommation », juge d’ores et déjà Alain Bazot, président de l’UFC-Que choisir. L’association met notamment l’accent sur le problème du crédit « revolving », oublié du projet.

Pour l’Association française des usagers des banques, le projet se limite également à « un appel incantatoire à la responsabilité des prêteurs » mais « sans aucune réelle mesure concrète ».

La semaine dernière, la sénatrice PS Nicole Bricq, vice-présidente de la commission des finances, a présenté ses propositions pour aller « plus loin » : plafonnement du taux d’usure, création d’un crédit social et d’un fichier unique des encours. Les parlementaires pourraient se montrer plus ambitieux que le gouvernement.

C'est sur France Soir !

FranceSoir l'e-mag en PDF
FranceSoir l’e-mag a 1 an
N° anniversaire gratuit à découvrir en PDF
Télécharger

France-Soir sur Facebook

Plus d’articles


Dernières vidéos

Audiences TV : Taxi est loin devant

» Voir toutes les vidéos

Les derniers commentaires

    Les membres les plus actifs

    • HeyBaal HeyBaal, le 26 jui à 17:29

      288500 points
      5570 commentaires

      En savoir plus sur HeyBaal


    • nellyolson nellyolson, le 21 sep à 19:55

      203400 points
      3716 commentaires

      En savoir plus sur nellyolson


    • Bluesun Bluesun, le 26 jui à 17:21

      155550 points
      2987 commentaires

      En savoir plus sur Bluesun


    • pasloi pasloi, le 3 mai à 21:48

      150550 points
      2433 commentaires

      En savoir plus sur pasloi


    • Jakyburn Jakyburn, le 20 avr à 21:02

      99900 points
      1686 commentaires

      En savoir plus sur Jakyburn


    Quiz

    Testez vos connaissances

    Quiz Info : Insolites, Retraite, Football et Hollande


    Programmes TV du jour

    Horoscope Quotidien 2012

    Minute Trente de Montvalon

    Faits Divers Les maisons de l'horreur