Résultats Présidentielle 2012

» S'identifier
Mardi 19 février, 21:19
Accueil > Pratique > Education > Internats d’excellence

Internats d’excellence

Education


Parmi ces élèves de banlieue, peut-être des futurs ministres !

Nous nous sommes rendus à Montpellier, dans l’Hérault, auprès des élèves de l’un des douze nouveaux internats d’excellence ouverts en France. C’est là que se forme la nouvelle élite des banlieues.

« Avant, j’étais accro aux jeux vidéo, je passais mes journées scotché devant l’ordi. Ici, je ne peux plus le faire, mais ça ne me manque pas du tout. » A peine un mois après la rentrée, le discours d’Adel, 14 ans, a de quoi surprendre. Pourtant, un bref coup d’œil permet de dissiper nos doutes : il n’y a pas l’ombre d’un prof à l’horizon.

Ce jeune Perpignanais, cheveux coupés courts, tee-shirt de sport rouge et baskets, est l’un des 90 élèves de l’internat d’excellence de Montpellier. L’établissement, abrité dans une ancienne caserne militaire, à quelques encablures du centre-ville, a ouvert ses portes à la rentrée. Il accueille du lundi matin au vendredi soir des jeunes de la région, jugés « motivés », issus de quartiers difficiles. « Notre ambition, c’est de les amener à la réussite, à l’excellence, même », explique Michel Sirvent, le proviseur. Pour y parvenir, l’internat de Montpellier ne lésine pas sur les moyens. Du réveil au coucher, les élèves de sixième, cinquième, troisième et seconde sont sollicités intellectuellement et chouchoutés.

Ici, point de grasse matinée. Le réveil sonne tous les jours à 7 heures tapantes. Après le petit déjeuner, vient l’heure du « point presse » ; les jeunes peuvent consulter les journaux mis à leur disposition dans un coin du réfectoire. Ce mercredi matin, alors que le soleil se lève, Chloé, une adolescente de 14 ans, cheveux châtains sagement coincés derrière les oreilles, lit un article du Monde. Un professeur d’histoire-géographie se tient près d’elle, prêt à lui fournir la moindre explication.

« Ils sont toujours là pour nous, on est au centre de toutes les attentions. Quand je raconte ça à mes copines, elles m’envient. Beaucoup veulent postuler l’année prochaine », confie la jeune fille, emmitouflée dans sa doudoune noire. Les quinze professeurs de l’internat ont été recrutés sur profil, parmi 141 candidatures. Une des heureuses élues, jeune professeure de mathématiques, enseignait auparavant dans une ZEP de Roubaix (Nord).

« J’apprécie mon nouveau cadre de vie et les petits effectifs, à 20 élèves par classe en moyenne. Le rythme est soutenu mais nous avons beaucoup de marge de manœuvre. Nous sommes tout le temps encouragés à monter des projets », s’enthousiasme cette jolie brune.

Kitesurf, chorale ou partie d’échecs

8 h 30. La cloche annonce le début des cours. Deux heures plus tard à la récré, tous les élèves ont tous leur téléphone portable en main. Ils y tiennent comme à la prunelle de leurs yeux. « C’est notre seul lien avec l’extérieur », résume une jeune fille, en écoutant les messages sur son répondeur.

Midi trente. Répartis en petits groupes, les élèves se dirigent vers leurs « ateliers », des activités sportives ou culturelles qui leur sont proposées quotidiennement. Kayak, projection de film, informatique, kitesurf, échecs, chorale, aide aux devoirs. Le programme ambitieux ravit les ados. « Les activités qu’on nous propose ici, c’est ouf ! Ce ne sont pas des choses que l’on pourrait faire ailleurs », estime Adel.

Alors qu’une dizaine d’élèves montent dans le car pour leur cours de kayak, d’autres se préparent pour leur deuxième séance de kitesurf, un sport nautique à la mode. Mais un imprévu vient perturber le programme. Le deuxième car n’arrive pas. Pas de temps à perdre car le créneau est serré. A 16 heures, les élèves doivent retourner en cours, maths et français pour les uns, arts plastiques et musique pour les autres. Annuler la sortie ? Les élèves font pâle figure.

« Ah non, pas ça s’il vous plaît M’sieur, on veut trop aller à la plage », supplie Lobna, qui a revêtu son short à fleurs hawaïen pour l’occasion. Une solution est improvisée au pied levé. Les élèves sont répartis dans deux voitures, celle du proviseur et celle du professeur d’EPS. « C’est de la débrouille. Comme l’établissement vient d’ouvrir, ce genre d’incident est assez fréquent », avoue, amusé, le prof de sport, Fabrice Ravel. Il faut dire que l’ouverture de l’internat d’excellence s’est fait en catastrophe. Les travaux de remise aux normes, commencés mi-juin, sont loin d’être achevés.

Téléphone portable confisqué la nuit

Direction Carnon-Plage donc, à 15 km de l’internat. Les élèves avalent en vitesse leurs pâtes à la sauce tomate, leurs kiri et leurs poires avant d’enfiler leur combinaison. Une démonstration sur le sable et les enfants peuvent enfin s’entraîner dans l’eau et se chamailler. L’heure de rentrer à l’internat arrive trop rapidement. Mais hors de question d’arriver en retard en cours.

A 19 heures, tous les élèves se retrouvent pour dîner. « Les portions sont les mêmes pour les sixièmes et pour les secondes. Ils oublient qu’on est en pleine croissance ou quoi ! », s’étonne un jeune. Puis direction l’internat pour une soirée détente dans la pièce commune ou dans les chambres. Les plus courageux participent à un atelier d’aide aux devoirs pour préparer leurs contrôles à venir. « Au départ, ça faisait bizarre de pouvoir regarder la télévision un seul soir par semaine », confie Myriem, une élève de seconde franco-marocaine.

Après un bref coup de téléphone aux parents « pour leur dire bonne nuit », explique Fatou, 11 ans, l’heure est venue de rendre les portables aux surveillants et de se mettre au lit. Et vers 22 heures, extinction des feux après une journée bien remplie. « Mais il ne faut pas croire, on ne s’endort pas tout de suite ! », avoue une élève au regard malicieux.

“Nous n’avons pas pris les meilleurs élèves des collèges difficiles”


Le proviseur de l’internat d’excellence de Montpellier, Michel Sirvent, nous explique le fonctionnement et les ambitions de son établissement.

France-Soir. A qui s’adresse votre internat ?
Michel Sirvent.
Nous accueillons des élèves repérés par leur équipe pédagogique comme étant des jeunes motivés, mais qui ont besoin de nous pour réussir. 90 % sont issus de quartiers défavorisés. Nous n’avons pas pris les meilleurs élèves des collèges difficiles pour les mettre ici, sinon, nous n’aurions aucun mérite !

F.-S. Comment amener ces élèves à l’excellence ?
M. S.
Premièrement, il faut qu’ils travaillent. Pour cela, nous avons mis en place une « évaluation positive » : les élèves choisissent, dans un créneau de quinze jours, quand ils souhaitent être évalués et le professeur leur indique précisément le sujet. Conséquence : ils révisent et passent le contrôle seulement une fois qu’ils ont assimilé les connaissances. S’ils ont une mauvaise note, ils peuvent le repasser. Comme ça, ils travaillent de nouveau.

F.-S. Quels sont les autres piliers du projet ?
M. S.
A nos yeux, il est indispensable que les élèves maîtrisent réellement deux langues étrangères. Nous avons par exemple eu l’idée de faire des cours de sport en langue étrangère pour qu’ils pratiquent davantage ! Nous voulons aussi responsabiliser ces jeunes : ce sont eux qui rédigent le règlement intérieur pour apprendre à vivre ensemble. Les enfants vont apprendre à monter un ordinateur, configurer un réseau informatique, puis ils iront à Madagascar l’enseigner à des jeunes Malgaches. La culture et le sport ont aussi une place essentielle dans le projet.

F.-S. L’internat, c’est aussi un changement de vie ?
M. S.
Absolument. Les élèves passent d’un espace où ils avaient une grande liberté à un système où ils sont pris en main jour et nuit, cinq jours par semaine. Notre fonctionnement n’a rien de militaire mais il y a des règles strictes : les jeunes doivent se coucher à une certaine heure, nous récupérons leur téléphone la nuit… La plupart s’adaptent à cette nouvelle vie mais si ce n’est pas le cas, ils peuvent repartir.




Par Dossier réalisé par Marie Conquy
C'est sur France Soir !

Plus d'articles Education

Réactions à cet article1 commentaire

  • Par Anonyme-77656, le 18 oct à 08:37

    Anonyme-77656
    Bonne réussite

    On ne peut que leur souhaiter un déroulement heureux de leurs études



    Signaler un abus  
Publié : 15/10/10 - 07h04
Mis à jour : 15/10/10 - 15h39
  • Texte plus grand
  • Texte plus petit


FranceSoir l'e-mag en PDF
FranceSoir l’e-mag a 1 an
N° anniversaire gratuit à découvrir en PDF
Télécharger

France-Soir sur Facebook

Plus d’articles


Dernières vidéos

Audiences TV : Taxi est loin devant

» Voir toutes les vidéos

Les derniers commentaires

    Les membres les plus actifs

    • HeyBaal HeyBaal, le 26 jui à 17:29

      288500 points
      5570 commentaires

      En savoir plus sur HeyBaal


    • nellyolson nellyolson, le 21 sep à 19:55

      203400 points
      3716 commentaires

      En savoir plus sur nellyolson


    • Bluesun Bluesun, le 26 jui à 17:21

      155550 points
      2987 commentaires

      En savoir plus sur Bluesun


    • pasloi pasloi, le 3 mai à 21:48

      150550 points
      2433 commentaires

      En savoir plus sur pasloi


    • Jakyburn Jakyburn, le 20 avr à 21:02

      99900 points
      1686 commentaires

      En savoir plus sur Jakyburn


    Quiz

    Testez vos connaissances

    Quiz Info : Insolites, Retraite, Football et Hollande


    Programmes TV du jour

    Horoscope Quotidien 2012

    Minute Trente de Montvalon

    Faits Divers Les maisons de l'horreur