Résultats Présidentielle 2012

» S'identifier
Jeudi 21 février, 14:21
Accueil > Pratique > Education > Réforme de l'école : "Il y a une crise de confiance"

Réforme de l'école : "Il y a une crise de confiance"

Enseignement


Un sondage OpinionWay/Apel publié ce lundi montre que près de 90% des parents d'élèves sont pour un changement en profondeur de l'éducation en France. Ils souhaitent principalement qu'une attention particulière soit portée aux enfants handicapés et ceux en grand difficulté d'apprentissage. Christian Chevalier, secrétaire général du syndicat enseignant Unsa réagit pour France Soir à cette enquête.

Les parents d'élèves souhaitent principalement qu'une attention particulière soit portée aux enfants handicapés selon un sondage publié ce lundi
Les parents d'élèves souhaitent principalement qu'une attention particulière soit portée aux enfants handicapés selon un sondage publié ce lundi AFP/FRANCK FIFE / AFP

France-Soir.  Une très grande majorité des parents d'élèves est favorable à une réforme de l'école. Quel est le point de vue de l'Unsa concernant les résultats de cette enquête ?

Christian Chevalier. Ce que dit ce sondage c'est que les parents d'élèves constatent que notre système éducatif est à la peine. Si l'on prend les chiffres les plus récents, près de 150.000 jeunes sortent du système et ce depuis plus d'une dizaine d'années. Ce n'est pas normal. Il faut se reprendre. Ces sorties de systèmes débutent dès l'école primaire et maternelle. De ce point de vue là, la France, comparée aux autres pays européens, est à la traîne. Notre système éducatif ne s'est pas mis en capacité de venir en aide aux élèves en grande difficulté scolaire. Et les parents ne sont donc pas dupes. C'est ce que montre ce sondage. Il y a une crise de confiance entre la société et son école. Les Français ne font plus confiance à leur système éducatif. Dès lors, il est normal de constater que l'école devienne un des sujets majeurs de la campagne de l'élection présidentielle.

F.S. Justement à l'approche de la présidentielle, quels sont les messages que vous voulez faire passer aux différents candidats ?

C.C. En France, il y a globalement, à quelques variantes près, deux méthodes proposées. Celle de Nicolas Sarkozy et celle de François Hollande. La première est basé sur un modèle anglo-saxon, très libéral. Celui-ci ne répond pas aux exigences actuelles et risque de laisser de nombreux enfants sur le côté. La seconde méthode est plus républicaine. Pour autant, elle doit être refondée car elle ne répond elle aussi pas aux attentes des familles comme le montre le sondage. Il y a donc obligation de réforme. Aujourd'hui pour prendre en charge la grande difficulté scolaire il faut faire une individualisation des parcours. Il faut que l'enseignant en ait la capacité. Donc il faut le former. Mais se pose aussi le problème du nombre d'élèves par classe. Si dans une classe de 30 élèves, 10 sont en situation d'échec l'enseignant ne pourra pas s'en occuper. Il faut donc à la fois une augmentation du nombre de postes et des classes limitées de 18 à 25 élèves en fonction des territoires.

F.S. Dans le sondage, la principale inquiétude des Français est l'attention particulière aux élèves handicapés. Que propose l'Unsa sur ce sujet précis ?

C.C. Un point positif a noter : les élèves en situation de handicap sont désormais pratiquement tous intégrés. Cependant, ce n'est pas encore suffisant. Il y a une différence dans les handicaps (physique, visuel, auditif...) et par rapport à cela il faut mieux former les enseignants. Ceux-ci manquent de pratique. Comment faire avec un enfant mal-voyant ? Comment je travaille ? A toutes ces questions, les professeurs n'ont pas forcément les réponses car la nouvelle formation ne leur apprend pas à gérer ces situations. La modification de l'IUFM a engendré un vide de ce point de vue là. Il faut que les élèves ne formation de handicap ait plus de personnel d'aide à leur côté. Mais ceci est un nouveau métier qu'il faut généraliser. On a passé le cap de la prise de conscience. Plus personne ne s'oppose à l'intégration des handicapés dans le scolaire. Maintenant, il faut mieux les encadrer. Il ne faut pas démolir le symbole qu'est l'école mais l'aménager. Je ne crois pas aux révolutions. Il faut avancer par touches successives en se fixant un cap, un objectif : tous les élèves doivent sortir du système scolaire avec une qualification en poche. Pour cela, à mon avis, il faut mettre le paquet sur l'école prmiaire (élémentaire comme maternelle) car c'est à ce niveau là que tout se joue.

Par Maxime Ricard
Publié : 05/03/12 - 19h10
Mis à jour : 05/03/12 - 23h01
  • Texte plus grand
  • Texte plus petit


FranceSoir l'e-mag en PDF
FranceSoir l’e-mag a 1 an
N° anniversaire gratuit à découvrir en PDF
Télécharger

France-Soir sur Facebook

Plus d’articles


Dernières vidéos

Audiences TV : Taxi est loin devant

» Voir toutes les vidéos

Les derniers commentaires

    Les membres les plus actifs

    • HeyBaal HeyBaal, le 26 jui à 17:29

      288500 points
      5570 commentaires

      En savoir plus sur HeyBaal


    • nellyolson nellyolson, le 21 sep à 19:55

      203400 points
      3716 commentaires

      En savoir plus sur nellyolson


    • Bluesun Bluesun, le 26 jui à 17:21

      155550 points
      2987 commentaires

      En savoir plus sur Bluesun


    • pasloi pasloi, le 3 mai à 21:48

      150550 points
      2433 commentaires

      En savoir plus sur pasloi


    • Jakyburn Jakyburn, le 20 avr à 21:02

      99900 points
      1686 commentaires

      En savoir plus sur Jakyburn


    Quiz

    Testez vos connaissances

    Quiz Info : Insolites, Retraite, Football et Hollande


    Programmes TV du jour

    Horoscope Quotidien 2012

    Minute Trente de Montvalon

    Faits Divers Les maisons de l'horreur