Résultats Présidentielle 2012

» S'identifier
Dimanche 19 mai, 16:46
Accueil > Pratique > Emploi > Les limites de la relocalisation en France

Les limites de la relocalisation en France

Emploi


La firme Rossignol vient d'annoncer le retour en Haute-Savoie d'une partie de sa production délocalisée en Asie, en 2007. Elle suit ainsi la mouvance d'autres entreprises françaises qui ont fait ce choix. Mais le phénomène semble déjà connaître ses limites alors que le gouvernement a lancé, en août, un plan d'aide pour la relocalisation.

« Je propose que l'on fasse du made in France le point central de la politique industrielle », expliquait Christian Estrosi, ministre de l'Industrie en octobre dernier au Figaro. Son plan d'aide à la relocalisation d'entreprises en France est prêt depuis l'été 2010, il s'élève à 200 millions d'euros sur trois ans et vise à aider environ 30 à 40 entreprises souhaitant rouvrir leurs portes sur le territoire français après avoir délocalisé ailleurs.

De récentes et belles histoires illustrent déjà cette possible fin heureuse pour l'industrie française par un retour au bercail des entreprises génératrices d'emplois : le Coq sportif et les skis Rossignol dernièrement ou le shampooing Petrole Hahn, les jouets Smoby, les lunettes Atol, les chaussettes Kindy et les nappes Geneviève Lethu revenus en France entre 2007 et 2009.

Mais ces cas de relocalisation ne sont que des exceptions et le plan du gouvernement n'est certainement pas suffisant pour faire revenir en France toute la production industrielle expatriée. Ainsi, l'aide gouvernementale n'est réservée qu'à quelques dizaines d'entreprises. Et les choix de localisation des entreprises restent, en effet, propres aux complexités de leur marque, de la concurrence qu'elles rencontreraient en France ou à l'étranger et dépendraient encore de la particularité de la production en fonction des secteurs.

L'argument commercial « Made in France »


Dans le cas du fabriquant Geneviève Lethu, il s'agissait de relocaliser, dans un premier temps, pour retrouver son argument commercial « made in France » auprès d'une clientèle exigeante et prête à mettre le prix dans les arts de la table. Puis, devant les coûts du transport, les délais de fabrication et la difficile supervision à plus de 10.000 kilomètres de la qualité et des projets d'innovation, l'entreprise a décidé en 2008 de ramener à 10 % la part de ses productions en Asie contre 40 % il y a sept ans.

Les emplois créent ne remplaceront jamais ceux qui ont disparu


Chez Rossignol, il s'agit de relocaliser à Sallanches en Haute-Savoie la production de 60 000 paires de skis junior jusqu'à présent produites à Taïwan. L'entreprise entend se rapprocher de 95% de son marché situé dans l'arc Alpin  pour  assouplir sa gestion de production en pleine période saisonnière. Elle mise donc sur la production locale, encore une fois facilitée par les délais raccourcis et des coûts de transports moindres que si la production restait à l'étranger. De plus, cette relocalisation est plus rentable même avec une main d'œuvre française plus chère. Mais les emplois créent ne remplaceront jamais ceux qui ont disparu après sa délocalisation en 2007. Chez Rossignol, le nombre de créations de postes représenterait vingt emplois équivalent temps plein. Un chiffre modeste si on le compare au fait qu'« en cinq ans, le groupe a perdu près de la moitié de ses salariés, passant de 2 300 emplois dans le monde en 2005 à 1 200 aujourd’hui », selon Libération lundi.

Relocalisation partielle


Chez le Coq sportif aussi, le rêve de la relocalisation a ses limites. Le groupe textile qui avait pourtant fait partie de la première vague de délocalisations en quittant l'Hexagone il y a de cela vingt-deux ans, a décidé de réinstaller une unité dans son berceau historique de Romilly-sur-Seine (Aube). Une bonne nouvelle pour les habitants de la ville. Cependant, seules treize personnes ont été embauchées. Il s'agit en réalité de relocaliser un centre de recherche de pointe nécessitant « le savoir-faire français » destiné à dessiner les futurs produits de la marque sportive. Les usines de sous-traitement, elles, resteront à l’étranger, et notamment en Chine.

Ces exemples de relocalisation partielle ne resteraient pour l'instant que des épiphénomènes. Dans le textile par exemple, où la compétition avec la main d'œuvre étrangère est rude, la relocalisation se heurte à des écarts de salaires encore exorbitants. Selon l'Union des industries textiles, même au sein de l'UE la concurrence dans la main d'œuvre atteint des sommets. L'écart des salaires entre la France et la Bulgarie serait de 1 à 10 par exemple. En Asie, le niveau reste encore très fort : entre la France et le Pakistan il serait de 1 à 50 et entre la France et le Bangladesh de 1 à 100.

« Un phénomène véhiculé par une remontée politique »


L'entreprise Rossignol est revenue parce que la matière première de ses skis et son marché se trouvaient en Europe. La localisation pure et dure pour recréer de l'emploi en France est donc loin de voir le jour.

Paul Soriano, ex-philosophe à l'Institut de recherches et de prospectives postales (Irepp), met aussi en avant « la relocalisation symétrique ». La localisation des entreprises ne pourrait échapper à la concurrence mondiale. Certaines chaînes de production d'une même marque se répartissent alors sur plusieurs continents. « Prenons l'exemple d'une voiture coréenne que je suis en train d'acheter, explique-t-il. Elle est dessinée par un allemand - elle se rapproche donc de mes goûts - le producteur vise alors le marché européen. Puis elle est assemblée en Slovaquie et les pièces sont coréennes ».

Pour Paul Soriano qu' « Estrosi ordonne le boycott de Molex aux fabricants Renault et PSA , parce que la firme américaine arrête la production de son usine française, ne changera rien ».

Le retour au bercail des entreprises nationales est surtout un phénomène véhiculé par une « remontée politique qui argue le protectionnisme », conclut-il.
 

Par Stéphanie Villeroy
C'est sur France Soir !

Plus d'articles Emploi

Publié : 02/11/10 - 19h42
Mis à jour : 02/11/10 - 21h15
  • Texte plus grand
  • Texte plus petit


FranceSoir l'e-mag en PDF
FranceSoir l’e-mag a 1 an
N° anniversaire gratuit à découvrir en PDF
Télécharger

France-Soir sur Facebook

Plus d’articles


Dernières vidéos

Audiences TV : Taxi est loin devant

» Voir toutes les vidéos

Les derniers commentaires

    Les membres les plus actifs

    • HeyBaal HeyBaal, le 26 jui à 17:29

      288500 points
      5570 commentaires

      En savoir plus sur HeyBaal


    • nellyolson nellyolson, le 21 sep à 19:55

      203400 points
      3716 commentaires

      En savoir plus sur nellyolson


    • Bluesun Bluesun, le 26 jui à 17:21

      155550 points
      2987 commentaires

      En savoir plus sur Bluesun


    • pasloi pasloi, le 3 mai à 21:48

      150550 points
      2433 commentaires

      En savoir plus sur pasloi


    • Jakyburn Jakyburn, le 20 avr à 21:02

      99900 points
      1686 commentaires

      En savoir plus sur Jakyburn


    Quiz

    Testez vos connaissances

    Quiz Info : Insolites, Retraite, Football et Hollande


    Programmes TV du jour

    Horoscope Quotidien 2012

    Minute Trente de Montvalon

    Faits Divers Les maisons de l'horreur