Résultats Présidentielle 2012

» S'identifier
Mercredi 16 octobre, 22:10
Accueil > Pratique > Emploi > Sodimatex - Ils menacent de faire sauter leur usine

Sodimatex - Ils menacent de faire sauter leur usine

Emploi


Une fois encore, des salariés menacent de faire sauter leur outil de travail s’ils ne sont pas entendus. Il s’agit de l’usine Sodimatex de Crépy-en-Valois (Oise).

« La bonbonne fait dix tonnes et sept mètres sur trois. Elle est sécurisée. » La voix et calme, résolue. C’est celle de Patrick Testard, délégué CFDT de l’usine de moquettes pour automobiles Sodimatex, située dans la zone industrielle de Crépy-en-Valois (Oise). La bonbonne, c’est une citerne de gaz qu’ils menacent d’incendier s’ils n’obtiennent pas un meilleur plan social pour les 92 salariés de l’entreprise, condamnée à fermer depuis un an.

Sodimatex appartient au groupe Trèves, et selon Testard « elle perd un million d’euros par mois. Nous sommes à 10 % de notre taux de rendement maximal, si bien que parfois on joue aux cartes au travail… Jeudi soir, le syndicaliste s’apprêtait à passer la nuit avec une cinquantaine de collègues sur le site, entouré par les forces de l’ordre. « Il y a plein de rouleaux de moquettes, c’est pratique pour dormir… », plaisantait-il.

Un an de conflit

Le conflit dure depuis le 10 avril 2009, mais il a pris une tournure dramatique jeudi matin. « On s’est décidé à agir mercredi soir après l’échec de la conciliation avec la direction, poursuit-il. Nous, on demande l’équivalent de neuf mois de salaires (à 65 % du brut) pour le congé de reclassement et une prime de 20.000 euros. La direction nous propose quatre mois et seulement un quart de salaire mensuel par année d’ancienneté. Donc, ça a capoté… »

Le blocage de l’usine a donc été mis en place dès 5 heures, jeudi matin. Les salariés ont d’abord bloqué la circulation devant l’usine. Quand les gendarmes mobiles sont intervenus, leur charge a provoqué le retrait des manifestants à l’intérieur du site. « On s’est réuni, on a fermé les grilles et on a interdit à notre direction de venir », raconte Testard. Ils ont également brûlé des palettes et des rouleaux de moquette face à une situation bloquée. A la préfecture de l’Oise, on indiquait jeudi soir avoir « proposé une table ronde avec les salariés ». Les autorités souhaitaient « organiser dans la nuit de nouvelles discussions pour trouver une issue. »



Par Alban Traquet (avec Thomas Morel)
C'est sur France Soir !

Plus d'articles Emploi

Publié : 02/04/10 - 12h10
Mis à jour : 02/04/10 - 16h09
  • Texte plus grand
  • Texte plus petit


FranceSoir l'e-mag en PDF
FranceSoir l’e-mag a 1 an
N° anniversaire gratuit à découvrir en PDF
Télécharger

France-Soir sur Facebook

Plus d’articles


Dernières vidéos

Audiences TV : Taxi est loin devant

» Voir toutes les vidéos

Les derniers commentaires

    Les membres les plus actifs

    • HeyBaal HeyBaal, le 26 jui à 17:29

      288500 points
      5570 commentaires

      En savoir plus sur HeyBaal


    • nellyolson nellyolson, le 21 sep à 19:55

      203400 points
      3716 commentaires

      En savoir plus sur nellyolson


    • Bluesun Bluesun, le 26 jui à 17:21

      155550 points
      2987 commentaires

      En savoir plus sur Bluesun


    • pasloi pasloi, le 3 mai à 21:48

      150550 points
      2433 commentaires

      En savoir plus sur pasloi


    • Jakyburn Jakyburn, le 20 avr à 21:02

      99900 points
      1686 commentaires

      En savoir plus sur Jakyburn


    Quiz

    Testez vos connaissances

    Quiz Info : Insolites, Retraite, Football et Hollande


    Programmes TV du jour

    Horoscope Quotidien 2012

    Minute Trente de Montvalon

    Faits Divers Les maisons de l'horreur