Résultats Présidentielle 2012

» S'identifier
Dimanche 28 novembre, 19:35
Accueil > Pratique > Emploi > Worthington va payer ses licenciements plein pot

Worthington va payer ses licenciements plein pot

Emploi


En ayant à verser de substantielles primes aux 115 salariés dont elle se sépare, la direction de Worthington estime subir de plein fouet la jurisprudence Continental.

Le plan social de Worthington, entreprise qui fabrique des compresseurs à air à Méru, dans l’Oise, prévoit la suppression de 115 postes de travail. « L’ensemble de nos sites étaient en sous-production notoire, à 50 % de leurs capacités », a expliqué Jean-Michel Laborie, le directeur des ressources humaines de la société, propriété du groupe suédois d’outillage industriel Atlas Copco. Mais le fabricant de compresseurs à air ne devait pas avoir prévu de payer si cher pour pouvoir licencier.

« Nous avons subi la jurisprudence Continental de plein fouet », a estimé ce week-end le cadre, après la signature jeudi dernier d’un accord prévoyant des primes de départ forcé équivalentes à celles des ouvriers du célèbre fabricant de pneumatiques. Les salariés de Continental avaient en effet obtenu cet été, et après plusieurs mois de conflit, 50.000 euros de prime extra-légale pour chacun des 1.120 salariés de son usine de Clairoix (Oise), qui doit fermer ses portes.

Regroupement de l’activité à l’étranger

L’accord signé jeudi par la direction de Worthington et les syndicats a mis un terme à six mois de conflit après l’ouverture du plan social, le 8 avril dernier. Comme pour les employés de Continental, le document prévoit 50.000 euros de prime extra-légale de licenciement pour les salariés de moins de vingt ans d’ancienneté dans l’entreprise, et 60.000 euros pour ceux qui y ont travaillé plus de vingt ans. L’accord prévoit également des indemnités conventionnelles majorées de 50 % pour l’ensemble des licenciés.

Christian Fourmanois, secrétaire CGT du CE de Worthington, estime que « c’est grâce à l’accord des “Conti” » que les syndicats ont notamment obtenu 50 % de majoration pour les indemnités conventionnelles de licenciement. « Ce n’est pas une victoire mais une satisfaction », a toutefois estimé le syndicaliste, qui regrette tout de même de ne pas avoir pu éviter les 115 suppressions de postes, auxquelles s’ajoute, selon lui, le déménagement à Saint-Ouen-l’Aumône (Val-d’Oise) d’une vingtaine de salariés du secteur commercial. Après les départs des ouvriers licenciés, échelonnés de fin décembre 2009 à mars 2010, une trentaine de salariés de l’activité compresseurs ferroviaires devraient rester sur le site de Méru. Selon le directeur des ressources humaines, Worthington va désormais regrouper l’essentiel de sa production dans ses deux autres sites européens d’Anvers, en Belgique, et Robassomero, en Italie.

C'est sur France Soir !

Plus d'articles Emploi

Publié : 11/10/09 - 16h19
Mis à jour : 12/03/10 - 14h35
  • Texte plus grand
  • Texte plus petit


FranceSoir l'e-mag en PDF
FranceSoir l’e-mag a 1 an
N° anniversaire gratuit à découvrir en PDF
Télécharger

France-Soir sur Facebook

Plus d’articles


Dernières vidéos

Audiences TV : Taxi est loin devant

» Voir toutes les vidéos

Les derniers commentaires

    Les membres les plus actifs

    • HeyBaal HeyBaal, le 26 jui à 17:29

      288500 points
      5570 commentaires

      En savoir plus sur HeyBaal


    • nellyolson nellyolson, le 21 sep à 19:55

      203400 points
      3716 commentaires

      En savoir plus sur nellyolson


    • Bluesun Bluesun, le 26 jui à 17:21

      155550 points
      2987 commentaires

      En savoir plus sur Bluesun


    • pasloi pasloi, le 3 mai à 21:48

      150550 points
      2433 commentaires

      En savoir plus sur pasloi


    • Jakyburn Jakyburn, le 20 avr à 21:02

      99900 points
      1686 commentaires

      En savoir plus sur Jakyburn


    Quiz

    Testez vos connaissances

    Quiz Info : Insolites, Retraite, Football et Hollande


    Programmes TV du jour

    Horoscope Quotidien 2012

    Minute Trente de Montvalon

    Faits Divers Les maisons de l'horreur