Résultats Présidentielle 2012

» S'identifier
Lundi 17 décembre, 17:21
Accueil > Sport > Autres sports > Athlétisme > Gilles Quénéhervé, de la piste à l’ENA

Gilles Quénéhervé, de la piste à l’ENA

Que sont-ils devenus?


Sprinteur exceptionnel, Gilles Quénéhervé est devenu, à 44 ans, le premier médaillé olympique à intégrer l’ENA. Surdoué, le Parisien a déjà connu plusieurs expériences professionnelles. Il espère devenir préfet.

Le médaillé olympique a intégré l'ENA à 44 ans
Le médaillé olympique a intégré l'ENA à 44 ans MaxPPP

Enfin les vacances. Depuis le 28 juillet, Gilles Quénéhervé souffle. Un an et demi qu’il ne s’était pas autorisé une pause. « Je vais partir en thalasso une semaine, ça va me faire du bien », annonce l’ancien sprinteur de 45 ans admis à l’Ecole nationale d’administration en décembre dernier. Le médaillé olympique a fait l’objet d’un buzz au début de l’année, lorsque la nouvelle s’est propagée. Avec l’ex-championne de France de karaté Chantal Jouanno (promotion Cyrano de Bergerac, 1999), il est l’un des rares sportifs à avoir réussi le concours de cette école prestigieuse qui a formé la plupart de nos élites. Alors forcément, les médias en ont parlé, beaucoup. « Ça m’a surpris, confie avec le sourire l’élève de la promotion Marie Curie. Ça m’a permis de faire passer des messages. J’ai reçu beaucoup de courriers de personnes qui m’ont pris comme un symbole et qui se sont dit : "Si lui a réussi une deuxième carrière, je peux le faire aussi." »

"Je me suis dit : comment pourrais-je encore progresser au ministère ?"

Gilles a été reçu du premier coup au concours. Pourtant, il pensait échouer… à cause de l’épreuve de sport ! « Avec mon entraîneur, Jacques Desprez, je m’étais bien préparé. J’avais prévu d’avoir 20/20 compte tenu de mon temps (11 secondes sur 100 m, NDLR). Malheureusement, je me suis blessé une semaine avant. J’ai fait 14 secondes sur une jambe. J’ai eu 15,5/20. J’ai eu peur de rater l’admission à cause de ça », raconte avec beaucoup de fraîcheur celui qui fut vice-champion du monde du 200 m en 1987, « dans une autre vie ». S’il n’avait pas eu l’ENA, Gilles l’aurait tenté l’année suivante. Il avait de toute façon fait le tour de la question à la direction départementale de la jeunesse et des sports du Val-d’Oise où il était affecté depuis 2005. « Après un master en management du sport validé en 2008, je me suis dit : comment pourrais-je encore progresser au ministère ? Il n’y avait pas beaucoup d’opportunités. » Le coureur qui a toujours gardé contact avec le milieu de l’athlétisme postule à la Fédération en 2009. « Mais ils voulaient quelqu’un qui n’ait rien à voir avec l’athlé. » Le lutteur Ghani Yalouz lui est préféré et Gilles poursuit sa quête. Il déniche sur Internet une formation qui lui permet de préparer d’autres concours administratifs, notamment l’ENA. « C’était à Vincennes, tout près de chez moi. J’ai tenté le coup », explique ce surdoué capable de retenir un texte rien qu’en le lisant.

Gilles Quénéhervé n’a jamais arrêté de s’instruire, même quand il était athlète de haut niveau. Apprendre, se former, progresser, c’est en quelque sorte une philosophie de vie pour ce fils né d’une secrétaire et d’un acheteur de jouets. Quand il était petit, Gilles testait les objets que son papa ramenait à la maison. Jouer et s’amuser, c’est aussi ce qu’il recherche, toujours. « L’athlé, c’était du plaisir, c’était un jeu », affirme le recordman de France du 200 m (20”16), seulement égalé l’an dernier par le triple champion d’Europe en titre, Christophe Lemaitre. Quand l’entraînement est devenu fastidieux, Gilles a fait évoluer ses priorités. Après son titre de vice-champion du monde et une médaille de bronze en relais 4x100 m aux Jeux olympiques de Séoul en 1988, il a commencé à travailler. « Les résultats en athlé, tant que ça dure, c’est sympa, mais il y a autre chose dans la vie », commente le svelte blond au teint pâle qui continue à faire du sport – football, basket, golf, tennis – mais uniquement en loisirs.

Intégrer le corps préfectoral à la sortie de l’ENA

Tout en s’entraînant dans les années 1990, le sprinteur crée sa boîte de développement personnel par l’intermédiaire du sport, « parce que je me suis aperçu que le sport m’avait changé. J’étais timide à la base et j’ai appris à m’exprimer en public, à gérer le stress ». Beaucoup de déplacements en Italie, en Suisse. Gilles réussit bien mais il lui faut rentrer à Paris pour raisons personnelles. C’est là qu’il prépare son professorat de sport et fait une jolie rencontre avec le boxeur Bruno Wartelle qui étudie avec lui. Tous les deux créent en 2005 l’association Activivre, destinée à promouvoir les activités sportives par l’intervention de sportifs de haut niveau. Début août, Gilles a passé une semaine dans un centre de vacances à Merlimont, dans le Pas-de-Calais. « Ça permet de créer des liens avec les jeunes. On leur fait comprendre qu’ils sont champions de leur propre vie. L’important, c’est d’exploiter son potentiel », expose humblement l’ancien athlète.

Le 29 août, il sera déjà temps de reprendre l’école. Gilles, le Parisien, ira s’installer à Vesoul, pour cinq mois seulement. « Le stage en préfecture est apparemment celui qui vous marque le plus », commente l’étudiant qui espère intégrer le corps préfectoral. La politique, il y viendra peut-être « si on y retrouve un peu de moralité ». Gilles n’a jamais été très assidu dans les isoloirs. Il préfère l’action. Et si, en plus, il peut y prendre un peu de plaisir…

Repères
17 mai 1966 Naissance à Paris (XVe).
1984 Obtention du bac B, 1re année en fac de droit. 1re licence d’athlétisme au Racing Club de France.
1985 Formation en communication. Premiers titres de champion de France juniors (100 et 200 m).
9 juillet 1987 Premier record de France (20”36) à Caorle (Italie). Il l’améliorera encore deux fois.
3 septembre 1987 Vice-champion du monde du 200 m à Rome (20”16).
1988 Embauché au service communication de la société Sollac (filiale d’Usinor-Sacilor).
1992 Crée son entreprise de développement personnel par l’intermédiaire du sport.
6 août 1997 Dernière sélection en équipe de France aux Mondiaux d’Athènes.
2001 Retraite sportive.
2005 Obtient le professorat de sport.
2010 Est reçu à l’Ecole nationale d’administration.

Sylvie Marchal
C'est sur France Soir !

FranceSoir l'e-mag en PDF
FranceSoir l’e-mag a 1 an
N° anniversaire gratuit à découvrir en PDF
Télécharger

France-Soir sur Facebook

Plus d’articles


Dernières vidéos

Audiences TV : Taxi est loin devant

» Voir toutes les vidéos

Les derniers commentaires

    Les membres les plus actifs

    • HeyBaal HeyBaal, le 26 jui à 17:29

      288500 points
      5570 commentaires

      En savoir plus sur HeyBaal


    • nellyolson nellyolson, le 21 sep à 19:55

      203400 points
      3716 commentaires

      En savoir plus sur nellyolson


    • Bluesun Bluesun, le 26 jui à 17:21

      155550 points
      2987 commentaires

      En savoir plus sur Bluesun


    • pasloi pasloi, le 3 mai à 21:48

      150550 points
      2433 commentaires

      En savoir plus sur pasloi


    • Jakyburn Jakyburn, le 20 avr à 21:02

      99900 points
      1686 commentaires

      En savoir plus sur Jakyburn


    Quiz

    Testez vos connaissances

    Quiz Info : Insolites, Retraite, Football et Hollande


    Tour de France 2011

    Programmes TV du jour