Résultats Présidentielle 2012

» S'identifier
Samedi 20 décembre, 01:49
Accueil > Sport > Autres sports > JO 2012 : Charayron, la vie, la petite mort

JO 2012 : Charayron, la vie, la petite mort

Série : Les sportifs français aux JO de Londres 2012


Chaque mercredi, retrouvez sur France-Soir le portrait d'un athlète français qui s'apprête à disputer les Jeux Olympiques de Londres. Aujourd'hui, Emmie Charayron, championne d'Europe de triathlon en 2011.

Emmie Charayron espère porter haut les couleurs françaises à Londres
Emmie Charayron espère porter haut les couleurs françaises à Londres DR/Guiard/Traithlète magazine

« Pourquoi court-on? » Ils ne sont pas si nombreux, les sportifs professionnels comme amateurs, à s'être réellement posé cette question. Emmie Charayron fait partie de ceux-là. La bouille rayonnante de la toute jeune femme qu'elle est encore peut laisser penser à une forme de légèreté, voire de naïveté; à l'écouter parler de sa vie d'athlète, c'est tout le contraire. La native de Lyon a entamé une vraie réflexion autour des sacrifices auxquels elle consent pour briller dans une discipline aussi exigeante que le triathlon. Et ses confidences, rares, valent d'être entendues; « Pourquoi court-on? Pourquoi s'imposer une telle rigueur? Je crois que chacun de nous rêve de changer le monde », estime-t-elle. « Pour moi, cela commence par changer soi-même; agir en conformité avec ce désir. Le sportif a cette chance qu'il peut transformer en acte des valeurs et des idées. Il doit en profiter », précise Emmie Charayron.

"Je ne me fixe aucune limite"

En profiter, c'est aussi être exemplaire, poursuivre jusqu'au bout son effort pour atteindre l'exploit, une médaille d'or aux Jeux olympiques en l'occurence. « Il y a une dimension différente aux JO », poursuit celle qui fut championne d'Europe Elite de triathlon Courte Distance. « Tous les pays sont représentés, chacun donne le meilleur de lui-même pour emmener l'homme plus loin. Je trouve que c'est une manière de tirer l'humanité vers le haut et je suis contente de participer à cela », s'enthousiasme-t-elle. Y participer, mais pas seulement; « une quinzaine de filles peuvent prétendre au podium, mais je ferai tout pour les battre », prévient Emmie Charayron. « Je ne me fixe aucune limite, je travaille pour briller à Londres depuis quatre ans », continue celle qui, qualifiée depuis plusieurs mois pour Londres, a planifié sa préparation en vue de cet objectif.

"énormément de fierté à l'idée de représenter la France"

« Mon pic de forme tombera au moment des JO », prévoit-telle. « Je pense que c'est un avantage sur beaucoup de filles, qui ont dû batailler jusqu'au bout pour décrocher leur billet. Moi, j'ai pu mieux gérer mes efforts et arriver plus sereine », ajoute-t-elle. Plus sereine, mais pas moins impressionnée. « La grandeur des JO me fait un peu stresser, c'est un événement fantastique! J'ai tellement hâte d'y être... » Le 4 août, vêtue de la tunique tricolore, s'imagine-telle perdre ses moyens? « Pas du tout. Je ressens énormément de fierté à l'idée de représenter la France, de porter les si belles valeurs que sont "liberté, égalité, fraternité". Et puis je n'oublie pas que ce que je suis, je le dois notamment à la Fédération. J'ai le désir de transmettre, de partager, de rendre un peu ce qu'on m'a donné », explique-t-elle. Un discours presque politique, pour cette citoyenne à part entière.

"Je n'arrive pas à voir au-delà des JO"

« Je m'intéresse à la vie de la société », reconnaît Emmie Charayron. « Je vote, et si je ne peux pas le faire je passe par une procuration. Je me suis prise au jeu de la campagne présidentielle; même si la vie d'une athlète de haut niveau va à cent à l'heure on peut prendre le temps de s'y intéresser », ajoute-t-elle. « Je regrette que la politique se réduise souvent à des luttes stériles pour tenter d'écraser l'autre, je trouve qu'il serait plus constructif de chercher à avancer ensemble », philosophe la jeune femme. Qui ne se voit pas, pour autant, embrasser une carrière politique à l'avenir: « Je n'arrive pas à voir au-delà des JO de Londres », avance Emmie Charayron. « Je suis tellement focalisée là-dessus... Et je sais surtout que, quoi qu'il arrive, la période qui suivra sera forcément particulière. Aurai-je la force de continuer? Trouverai-je les ressources pour conserver la même rigueur? Que l'on gagne ou que l'on perde, après les JO, c'est toujours un moment difficile. Presque comme une petite mort », conclut-elle. De celles qui suivent une explosion de joie?

 

Par Jean Berthelot de La Glétais

FranceSoir l'e-mag en PDF
FranceSoir l’e-mag a 1 an
N° anniversaire gratuit à découvrir en PDF
Télécharger

France-Soir sur Facebook

Plus d’articles


Dernières vidéos

Audiences TV : Taxi est loin devant

» Voir toutes les vidéos

Les derniers commentaires

    Les membres les plus actifs

    • nellyolson nellyolson, le 21 sep à 18:55

      403640 points
      3716 commentaires

      En savoir plus sur nellyolson


    • HeyBaal HeyBaal, le 26 jui à 16:29

      391690 points
      5570 commentaires

      En savoir plus sur HeyBaal


    • pasloi pasloi, le 3 mai à 20:48

      254340 points
      2433 commentaires

      En savoir plus sur pasloi


    • Bluesun Bluesun, le 26 jui à 16:21

      238720 points
      2987 commentaires

      En savoir plus sur Bluesun


    • rafale rafale, le 25 jui à 22:39

      186400 points
      1063 commentaires

      En savoir plus sur rafale


    Quiz

    Testez vos connaissances

    Quiz Info : Insolites, Retraite, Football et Hollande


    Tour de France 2011

    Programmes TV du jour