Résultats Présidentielle 2012

» S'identifier
Samedi 19 septembre, 01:45
Accueil > Sport > Football > Alain Boghossian : "Les pompiers sont passés, le feu est éteint"

Alain Boghossian : "Les pompiers sont passés, le feu est éteint"

La vie de l'équipe de France

Interview

Comme à chaque jour "off" des Bleus, un membre du staff est venu s'exprimer face aux médias. Ce jeudi, c'est Alain Boghossian, entraîneur-adjoint, qui a rempli cette tâche revenant par la même occasion sur les évènements de mardi soir dans le vestiaire après la défaite face à la Suède (2-0).

Alain Boghossian, l'entraineur-adjoint des Bleus, assure que le calme est revenu après la vive explication mardi soir dans le vestiaire
Alain Boghossian, l'entraineur-adjoint des Bleus, assure que le calme est revenu après la vive explication mardi soir dans le vestiaire AFP/FRANCK FIFE

F.-S. Vous qui étiez là en 2010, en quoi l'état d'esprit est-il différent aujourd'hui?

A.B. Aujourd'hui, on peut -être fier d'être en quart de finale de l'Euro. Les années précédentes ce n'était pas le cas. On reste sur prestation qui n'est pas très bonne mais l'état d'esprit est bon. On se reprogramme pour ce match important de samedi. 

F.-S. Quelle est la différence entre ce qui s'est passé mardi dans le vestiaire et Knysna ?
A.B. Ce n'est pas comparable. Il y a eu des échanges mais c'est tout à fait normal dans un vestiaire de football. Ca aurait été pire s'il n'y avait rien eu après une défaite aussi grosse, sur un match où on aurait pu se qualifier largement en étant premier du groupe, on est complètement passé à côté de notre match.  A l'issue de ce match, Il y a eu des altercations, des échanges entre joueurs, c'est normal. On s'est dit les choses, on peut rebondir. C'est comme dans un couple, si vous ne vous dites pas les choses et que vous mettez tout sous le tapis, au bout d'un moment ça explose. La chose principale c'était la qualification. On y est. J'espère que ce qui s'est passé dans le vestiaire sera un plus pour le match de samedi ce qui s'est passé dans le vestiaire.

 

"Je n'ai aucun reproche à faire à Mexès"

F.-S. Qu'en est-il de votre accrochage avec Philippe Mexès ?
A.B. Je suis énormément surpris. Il peut il y avoir des accrochages entre joueurs et entraîneurs toutefois, il n'y a pas eu d'échanges entre moi et Phillipe. Je lui ai parlé au niveau tactique à la mi-temps mais en aucun cas je lui ai dit que je n'étais pas content par rapport à son carton car cela peut arriver. C'est dû à l'engagement. Malheureusement, il l'a fait dans position très haute et cela ne servait pas à grand chose. Maintenant si tout le monde avait eu son engagement, peut-être qu'on aurait pas fait ce match-là. Je n'ai aucun reproche à faire à Philippe.

F.-S. Est-ce que les éclats de voix peuvent casser durablement quelque chose dans le groupe?
A.B. Il n'y a rien de casser, au contraire. Laurent a parlé dans le vestiaire et a expliqué tout ce qu'il fallait. On a fait une petite réunion après manger quand le calme est revenu car à chaud on dit souvent des bêtises. Comme a dit Laurent on a pris une douche froide, des bains froids et tout le monde est revenu un peu tranquillement, tout le monde a diné le soir tranquillement et nous avons fait une petite réunion pour tout éclaircir, pour que toutes les choses repartent à zéro. On s'est dit les choses, tout le monde a dit ce qu'il y avait à dire. On est reparti pour affronter ce match de samedi avec toutes nos forces, on espère briller.

F.-S. Y a-t-il eu un accrochage entre Hatem Ben Arfa et Laurent Blanc ?
A.B. Non, il n'y a pas eu d'accrochage plus que ça. C'était une discussion, un échange. Les deux personnes concernées se sont expliquées. Laurent a remis tout à plat. Ils se sont serrés la main, il n'y a aucun souci de ce côté-là.

 

 

"Il y a eu un trop plein, il fallait vite l'évacuer"

F.-S. Vu de l'extérieur, Samir Nasri concentre beaucoup de critiques, est-ce que ce n'est pas le vilain petit canard ?
A.B. J'ai l'impression qu'il en faut toujours un dans une équipe. Samir est assez fort mentalement pour accepter ces critiques. Il en fait les frais avec son club de Manchester City, surtout au début quand il est arrivé. Il a été très fort pour rebondir. A lui de nous démontrer qu'il n'est vraiment pas touché pas ces critiques.

F.-S. La mise au point de samedi est-elle un conséquence du match ou est-ce qu'il y avait déjà des problèmes dans l'équipe avant ?
A.B. Il n'y jamais eu de problèmes. C'était la première fois depuis 23 matches que l'on perdait. On a pris un coup de massue derrière la tête. C'est tout à fait logique que les joueurs étaient frustrés d'un non-match. On est passé à travers cette rencontre. Les joueurs l'ont exprimé par la parole, ils auraient pu le faire par des actes, par des coup de poings dans les portes. Ca s'est exprimé il y a eu un trop plein, il fallait vite l'évacuer. Pour moi c'est quelque chose de positif, on s'est dit les choses. C'est normal qu'il y ait des tensions, c'est évident quand on perd. Si tout le monde avait eu le sourire après cette défaite, c'est nous qui aurions élevé la voix. Mais il y a la qualification en bout, ce n'était plus arrivé depuis 2006 pour la France.

F.-S. Beaucoup de choses sont sorties dans les journaux, ça veut dire que beaucoup de joueurs et staff qui racontent des choses qui sortent du vestiaire. Comment vous réagissez à cela ?
A.B. On le sait avant toutes les compétitions. On sait que tout se sait. Ca fait 4 ans que je suis dans le staff, j'ai pu voir que rien ne vous (aux médias) était inconnu dans vestiaire. On n'a rien à cacher. Si cela ne s'était pas dit, peut-être que c'est Laurent qui vous aurait dit ce qui s'est passé mais vous le saviez avant. On parle ouvertement car on n'a rien à cacher. Ce sont des choses qui arrivent, il ne faut pas se voiler la face. Ce sont des réunions de travail. On est serein car le travail est fait. Il y a une ambiance qui peut-être difficile par rapport à des résultats. Nous n'avons aucun souci.

 

"Il faut lâcher le crabe"

F.-S. Comment le staff gére-t-il ces conflits ?
A.B. Il y a eu briefing et du debriefing, c'est-à-dire avant et après.  Ce sont les rapports humains qui font qu'on essaye de comprendre, de dire ce qui se passe,  de dire nous ce que l'on voit, ce que le joueur ressent. Il y a des échanges, qui sont les fondamentaux, d'un staff avec l'équipe. Quand il se passe quelque chose, on essaye d'éclaircir les choses, on ne laisse pas trainer. Quand on a quelque chose à dire, il faut lâcher le crabe, comme on dit dans le Sud. La communication est énorme entre les joueurs et le staff.

F.-S. Quel message pouvez-vous faire passer au public pour dire certes il s'est passé quelque chose mais ça n'a rien à voir avec Knysna ?
A.B. Si je dis quelque chose et  que derrière vous alimentez cette rumeur… je peux vous dire que tout est aplani, il n'y a plus rien. Les pompiers sont passés, le feu est éteint. On repart sur une base solide. On espère que vous aurez oublié après, peut-être, notre victoire face à l'Espagne.

 

"Ne croyez pas que les joueurs sont tous des Bernardo"

 

Deux ans presque jour pour jour après la mutinerie de Knysna, les Bleus doivent de nouveau faire face à une crise, même si celle-ci paraît, à première vue, moins grave. Le groupe devrait a priori accepter de s'entraîner ce jeudi soir à 19 heures, heure locale, à huis clos. Même si cette équipe est en reconstruction et relativement jeune, Laurent Blanc éprouve des difficultés à trouver des leaders dans ce groupe. Alain Boghossian, l'entraîneur-adjoint l'a confirmé. « On ne peut pas claquer des doigts et dire qu'il y a un leader. Le leader où il vient naturellement ou s'il y en a pas il faut faire sans, a concédé le champion du monde 1998. C'est un type de management différent. Il y a des leaders de terrain, de vestiaire mais ça peut être le sélectionneur ou le staff technique. Aujourd'hui on fait avec ce que l'on a. Il n'y a pas de leader de terrain qui se détache. A nous de s'adapter à cela car le problème ne va pas se résoudre d'ici à samedi ». Interrogé sur le cas de Hugo Lloris et sur son rôle de capitaine et donc de leader de cette équipe, Boghossian a défendu le portier. « Il rempli très bien son rôle de capitaine, jure « Bogho ». Elever la fois, il faut que ce soit naturel. On est les meilleurs quand on est naturel. Entre eux, les joueurs se disent des choses, que ce soit sous la douche, dans les vestiaires, ils parlent. Ne croyez pas que ce sont tous des Bernardo.  Ils échangent.  S'il y a des soucis, les joueurs parlent entre eux. Ils jouent ensemble, ils échangent entre eux. Le groupe vit bien. La défaite n'enlève rien à ce qu'on a fait depuis deux ans ».

Propos recueillis par notre envoyée spéciale à Donetsk, Syanie Dalmat

Réactions à cet article6 commentaires

  • Par Bombarde, le 21 juin à 14:03

    Bombarde
    A éliminer, de suite

    N'importe comment, les loups sont dans la bergerie.Pourris de fric !



    Signaler un abus  
  • Par Callaghan, le 21 juin à 14:21

    Callaghan
    Tout va bien madame la marquise!!!

    En clair, ils ont été archi-nuls mais tout va bien. C'est la joie de vivre. L'état d'esprit est excellent. Boghossian veut nous faire avaler la couloeuvre mais elle ne passe pas. Dans cette triste EdF humiliée, peu de joueurs sauvent leur peau. Hugo Lloris, un monument d'exemplérité qui nous a évité un score plus lourd. Le seul qui est allé salué nos supporters, les autres NON. Alou Diarra a fait ce qu'il a pu au côté d'un Nasri individualiste. Rami-Mexès à virer d'urgence. LAMENTABLE.



    Signaler un abus  
  • Par KrisEon, le 21 juin à 15:00

    KrisEon
    Pas de fumée sans feu

    La prestation des bleus contre la Suède est un révélateur de la faiblesse de l'état d'esprit de cette équipe, au fait pourquoi parler d'équipe. Malgré tout le talent de Lolo, il n'est pas sur le terrain. C'est sur le terrain qu'il faut allumer le feu, et seuls les joueurs peuvent le faire



    Signaler un abus  
  • Par le justicier, le 21 juin à 17:22

    le justicier
    l'équipe de france

    effectivement je suis daccord avec callaghan heureusement qu'il y avait lioris car on aurait pris une déculotée et les autres auraient dut prendre exemple sur ribéry mais malheuseusement il était bien seul


    et il y en a certains au lieu de rouler les mécaniques ferait mieux de chanter la marseillaise c'est une honte de voir certaines attitudes.


    la fédération devrait etre plus sévére a ce sujet.



    Signaler un abus  
  • Par titi62, le 21 juin à 18:51

    titi62
    le mépris

    on est en plein euro et le staff de  l'équipe de france se glorifie de dire qu'il y a eu le feu mais que celui ci est éteint.   mr boghossian, 12 millions de télespectateurs vous ont regardé et encore une fois le football français nous a fait honte. une seule chose peut effacer un peu le mépris que les joueurs ont pour leurs supporters, c'est de battre l'espagne. malgré tout, le manque d'envie de certains joueurs contre la suéde est inadmissible et cela mérite des sanctions. .



    Signaler un abus  
    • Par POVFRANCE, le 21 juin à 19:07

      POVFRANCE
      OUI ! ! !

      ...au moins 4 à mettre en tribune....définitivement  !



      Signaler un abus  

FranceSoir l'e-mag en PDF
FranceSoir l’e-mag a 1 an
N° anniversaire gratuit à découvrir en PDF
Télécharger

France-Soir sur Facebook

Plus d’articles


Dernières vidéos

Audiences TV : Taxi est loin devant

» Voir toutes les vidéos

Les derniers commentaires

    Les membres les plus actifs

    • HeyBaal HeyBaal, le 26 jui à 17:29

      288500 points
      5570 commentaires

      En savoir plus sur HeyBaal


    • nellyolson nellyolson, le 21 sep à 19:55

      203400 points
      3716 commentaires

      En savoir plus sur nellyolson


    • Bluesun Bluesun, le 26 jui à 17:21

      155550 points
      2987 commentaires

      En savoir plus sur Bluesun


    • pasloi pasloi, le 3 mai à 21:48

      150550 points
      2433 commentaires

      En savoir plus sur pasloi


    • Jakyburn Jakyburn, le 20 avr à 21:02

      99900 points
      1686 commentaires

      En savoir plus sur Jakyburn


    Quiz

    Testez vos connaissances

    Quiz Info : Insolites, Retraite, Football et Hollande


    Tour de France 2011

    Programmes TV du jour