Résultats Présidentielle 2012

» S'identifier
Jeudi 29 octobre, 14:53
Accueil > Sport > Football > Les Bleues aux JO : "Il faut mériter le village olympique", dit Bruno Bini

Les Bleues aux JO : "Il faut mériter le village olympique", dit Bruno Bini

Jeux Olympiques de Londres 2012


Bruno Bini, le sélectionneur de l'équipe de France féminine, a livré ce mardi midi une liste de 24 joueuses qui participeront aux Jeux olympiques. Vingt-deux seront du voyage et deux seront réservistes.

Bruno Bini, le sélectionneur des Bleues, a livré ce mardi sa liste pour les JO
Bruno Bini, le sélectionneur des Bleues, a livré ce mardi sa liste pour les JO SIPA/Martin Meissner/AP

Comme d'habitude, Bruno Bini, le sélectionneur de l'équipe de France de football féminin, avait bien fait les choses. Pour l'annonce de sa liste de joueuses retenues pour les JO de Londres, dans un salon de l'Hôtel de Ville de Paris ce mardi, le patron des Bleues a présenté le projet pédagogique de son équipe pour cette grande compétition. Utilisant la métaphore de la montagne, il a expliqué la manière dont il voyait son équipe gravir les différentes étapes pour aller décrocher une médaille. « De la Reine des Glaciers à la Reine des médailles. Quand on aura trouvé l'Edelweiss, cette fleur rare que l'on trouve en altitude, on aura notre médaille. On fera tout pour la transformer en reine des médailles, c'est-à-dire décrocher l'or », annonce Bruno Bini.

FRANCE-SOIR. A-t-il été difficile de coucher ces 24 noms sur votre liste ?
BRUNO BINI. C'est compliqué sans l'être. Il y a toujours des équilibres à trouver. C'est un crève coeur que Laure Lepailleur soit forfait. Sur une liste de 18, les 15 premières c'est facile. Ça dépend de l'équilibre de l'équipe.

F.-S. Pensez-vous avoir gardé une certaine logique par rapport aux essais effectués cette saison ?
B.B. Je pense, oui. On a bien fait, même si elles n'ont pas beaucoup joué, de lancer des filles comme Kelly Gadea, Marina Makanza ou Camille Catala car elles sont mûres.

F.-S. Les JO constituent-ils un beau projet ?
B.B. C'est d'abord un événement sportif majeur. Toutefois, si un jour quelqu'un me donnait le choix entre être champion du monde et champion olympique, je préfèrerais être champion du monde, on est des footballeurs. Par contre si on me donne un jour le choix entre être vice-champion du monde, troisième de la Coupe du monde ou avoir une médaille de bronze au JO, je préfère la médaille. Symboliquement, c'est plus fort.

"S'il y en a une qui fait l'andouille, tout le monde se casse la figure"

F.-S. Cette saison n'est-elle pas un peu longue ? N'éprouvez pas un peu de lassitude ?
B.B. Moi non (sourires). Mais pour les filles, on va faire un premier stage en thalasso. On ne va pratiquement pas faire de foot, elles vont surtout avoir des soins pendant dix jours elles seront tranquilles.

F.-S. Pouvez-vous nous expliquez pourquoi vous avez choisi la montagne comme métaphore pour votre projet ?
B.B. Dans une cordée tout le monde doit être solidaire. L'une des bases de notre projet de vie c'est que l'équipe est plus importante que la joueuse ou que les membres du staff. Dans une cordée s'il y en a une qui fait l'andouille, tout le monde se casse la figure.

F.-S. Si je vous dis Jeux olympiques, quelle est la première image qui vous vient à l'esprit ?
B.B. Il y en a plusieurs : Dominique Bijotat, mon ami très cher qui gagne les JO avec l'équipe de France (1984, NDLR). Colette Besson (1968), Marie-Jo Pérec (1996) en train de voler sur la piste, je n'ai jamais vu ça de ma vie. Et comment ne pas citer les yeux de notre porte-drapeau : Laura Flessel que la France entière a découvert à l'occasion des Jeux.

"Laura Flessel est d'une extrême gentillesse"

F.-S. Justement, cela vous fait plaisir que le porte-drapeau soit une femme ?
B.B. C'est bien que ce soit quelqu'un qui représente bien les Jeux qui ait été choisi. Elle a été médaillée à plusieurs reprises, elle a fait plusieurs Jeux et en plus elle est d'une gentillesse extrême. Mais si cela avait été un garçon, cela aurait été bien aussi. Il fallait juste que ce soit quelqu'un qui rassemble.

F.-S. L'équipe de France de football féminin aurait-elle pu être porte drapeau ?
B.B. Non on ne sera pas à la cérémonie d'ouverture car on joue deux jours avant et le lendemain. Par ailleurs, on est à Glasgow à 500 bornes.

F.-S. Est-ce que c'est frustrant d'être aussi loin de Londres ?
B.B. Oui peut-être, mais on y va pour faire une compétition. C'est pareil. Il faut mériter le village olympique. Elles veulent vivre un événement de l'intérieur je leur répond « d'accord les filles ont fait tout pour être en demies ».

Propos recueillis par Syanie Dalmat

FranceSoir l'e-mag en PDF
FranceSoir l’e-mag a 1 an
N° anniversaire gratuit à découvrir en PDF
Télécharger

France-Soir sur Facebook

Plus d’articles


Dernières vidéos

Audiences TV : Taxi est loin devant

» Voir toutes les vidéos

Les derniers commentaires

    Les membres les plus actifs

    • HeyBaal HeyBaal, le 26 jui à 17:29

      288500 points
      5570 commentaires

      En savoir plus sur HeyBaal


    • nellyolson nellyolson, le 21 sep à 19:55

      203400 points
      3716 commentaires

      En savoir plus sur nellyolson


    • Bluesun Bluesun, le 26 jui à 17:21

      155550 points
      2987 commentaires

      En savoir plus sur Bluesun


    • pasloi pasloi, le 3 mai à 21:48

      150550 points
      2433 commentaires

      En savoir plus sur pasloi


    • Jakyburn Jakyburn, le 20 avr à 21:02

      99900 points
      1686 commentaires

      En savoir plus sur Jakyburn


    Quiz

    Testez vos connaissances

    Quiz Info : Insolites, Retraite, Football et Hollande


    Tour de France 2011

    Programmes TV du jour