Résultats Présidentielle 2012

» S'identifier
Samedi 19 septembre, 02:04
Accueil > Sport > Football > Espagne-France : Comment battre le tenant du titre ?

Espagne-France : Comment battre le tenant du titre ?

La vie de l'équipe de France


Si on se réfère à ce que les Français ont produit en terme de jeu face à la Suède (0-2), le quart de finale contre l'Espagne samedi devrait être une formalité pour le tenant du titre. Mais l'équipe de France n'est jamais aussi forte que lorsque l'on ne l'attend plus. Elle possède les moyens de faire tomber la Roja.

Adil Rami a souffert face à l'impact de Zlatan Ibrahimovic et des Suédois, face à l'Espagne il aura un rôle essentiel puisque Mexès sera absent
Adil Rami a souffert face à l'impact de Zlatan Ibrahimovic et des Suédois, face à l'Espagne il aura un rôle essentiel puisque Mexès sera absent AFP

« Si notre équipe ressemble à celle qui a affronté la Suède, on va avoir du mal à contrer l'Espagne ». Laurent Blanc n'est pas dupe. Il a conscience que les Bleus ne feront pas le poids face au tenant du titre – qui est aussi accessoirement champion du monde – s'ils n'élèvent pas considérablement leur niveau de jeu. Après avoir atteint le premier objectif qui était de se qualifier pour les quarts de finale de l'Euro 2012, Blanc va disputer un test d'envergure face à l'Espagne. Ce match, qui se disputera samedi soir à Donetsk, sera avant tout un combat tactique face à une équipe qui est devenue la référence mondiale en matière de jeu.

Comme le dit Alain Boghossian, « c'est une nouvelle compétition qui commence » pour les Français. « Ce sont des matches à élimination directe. On remet les compteurs à zéro avec d'autres ambitions, d'autres adversaires ». Invaincue lors de la phase de poule, l'Espagne a fini première du groupe C, mais n'a pas remporté tous ses matches puisqu'elle a été accrochée par l'Italie (1-1) lors de son entrée en lice dans la compétition. Elle a aussi souffert face à la Croatie (1-0), même si celle-ci a fini par céder. Le staff de l'équipe de France a « disséqué » le jeu de la Roja. « On a insisté un peu plus sur ses derniers matches pendant cet Euro. Il n'y a pas beaucoup d'équipes qui résistent à l'Espagne, mais on a des idées, assure Boghossian. Jusqu'à présent on avait la possession de balle, ça risque d'être l'inverse. Il faut s'attendre à courir plus. Le haut niveau ne permet pas d'être médiocre ». Le champion du monde 1998 a tout à fait raison : face à l'Espagne, les Bleus ne pourront pas se contenter d'être bons, ils devront réaliser le match parfait.

Une défense concentrée

Inquiétant lors de la préparation, Philippe Mexès avait rassuré son monde en réalisant des matches de bonne facture contre l'Angleterre (1-1) puis l'Ukraine (2-0). Face à la Suède (0-2), à l'instar du reste de l'équipe, le défenseur central a perdu pied. Il a reçu un deuxième carton jaune dans la compétition qui, de fait, entraîne sa suspension face à l'Espagne. Cette absence oblige Laurent Blanc à remanier sa défense centrale. C'est Laurent Koscielny qui fera son entrée aux côtés d'Adil Rami. Le problème pour les Bleus, c'est que depuis le début de la compétition, le joueur de Valence n'est pas franchement tranchant. Il fait souvent preuve de sautes de concentration qui se sont révèlées dangereuses pour l'équipe de France. Face à l'Espagne, Rami ne pourra pas se permettre de perdre le fil car cela ne pardonnera évidemment pas face aux attaquants espagnols. Sur les côtés, Gaël Clichy, qui devrait être reconduit pour ne pas trop bouleverser la défense, et Mathieu Debuchy, devront s'atteler à défendre et à bloquer les couloirs. Laurent Blanc a souvent reproché à ses latéraux de ne pas bien défendre : ils ont l'occasion de lui prouver samedi soir qu'il se trompe.

De l'impact au milieu de terrain

Très technique, le milieu de terrain de l'Espagne manque peut-être un peu de physique malgré la présence d'un Xabi Alonso ou d'un Sergio Busquets. La bataille se gagnera là, dans ce coeur du jeu si cher à Laurent Blanc. Blanc aura besoin d'un Alou Diarra au meilleur de sa forme pour casser les offensives espagnoles. Fantomatique face à la Suède, Yann M'Vila devra aussi aller au charbon et empêcher au milieu espagnol de développer ce jeu de passes si chatoyant. Les milieux récupérateurs, comme les autres joueurs du reste, n'auront pas le choix : ils vont devoir courir. On dit souvent que les absents ont tort, mais mardi contre la Suède, Yohan Cabaye a fait mentir l'adage. On a pu s'apercevoir à quel point il était important pour les Bleus. Il est celui qui fait parfaitement le lien entre la défense et l'attaque. Il parvient à se projeter rapidement vers l'avant, et donne de la vitesse au jeu français, là où un Samir Nasri, qui a certes des qualités différentes, le ralentit.

De la vitesse en attaque

L'un des points faibles de l'Espagne – tout est relatif – est peut-être sa défense centrale. Gerard Piqué qui est plutôt lourd a souvent été pris de vitesse durant cet Euro. Les Bleus pourront peut-être appuyer sur cette faille pour faire céder l'Espagne.  Encore faut-il qu'ils arrivent à venir chatouiller les défenseurs espagnols, mais s'ils y parviennent, les combinaisons entre Karim Benzema et Franck Ribéry peuvent faire des dégâts. Par ailleurs, Laurent Blanc n'est pas emballé par l'idée d'associer Olivier Giroud et Benzema, mais si la France ne parvient pas à avoir le ballon, le Montpelliérain pourrait être utile pour récupérer les longs ballons devant et surtout les conserver, un exercice dans lequel il est plutôt bon.

Un mental en acier trempé

Pour Laurent Blanc, le fait que son vestiaire ait eu une vive explication après la rencontre face à la Suède prouve que celui-ci a du caractère. Très bien : il faudra donc démontrer que c'est réellement le cas face à une équipe d'Espagne sûre d'elle. Contre la Bosnie en novembre dernier et les Suédois, mardi, les Bleus ont surtout montré qu'ils perdaient leurs moyens dès qu'il y avait un semblant d'enjeu. On l'a dit et répété, cette équipe manque de leaders, de joueurs capables de transcender ce groupe et Boghossian a été clair : « Il n'y a pas de leaders de terrain qui se détachent et le problème ne va pas se résoudre d'ici à samedi ». Cela signifie que ça va être à chaque joueur de se mettre au diapason de ce quart de finale au risque de se faire ridiculiser par une équipe d'Espagne qui ne fera pas de sentiments.

De notre envoyée spéciale à Donetsk, Syanie Dalmat

FranceSoir l'e-mag en PDF
FranceSoir l’e-mag a 1 an
N° anniversaire gratuit à découvrir en PDF
Télécharger

France-Soir sur Facebook

Plus d’articles


Dernières vidéos

Audiences TV : Taxi est loin devant

» Voir toutes les vidéos

Les derniers commentaires

    Les membres les plus actifs

    • HeyBaal HeyBaal, le 26 jui à 17:29

      288500 points
      5570 commentaires

      En savoir plus sur HeyBaal


    • nellyolson nellyolson, le 21 sep à 19:55

      203400 points
      3716 commentaires

      En savoir plus sur nellyolson


    • Bluesun Bluesun, le 26 jui à 17:21

      155550 points
      2987 commentaires

      En savoir plus sur Bluesun


    • pasloi pasloi, le 3 mai à 21:48

      150550 points
      2433 commentaires

      En savoir plus sur pasloi


    • Jakyburn Jakyburn, le 20 avr à 21:02

      99900 points
      1686 commentaires

      En savoir plus sur Jakyburn


    Quiz

    Testez vos connaissances

    Quiz Info : Insolites, Retraite, Football et Hollande


    Tour de France 2011

    Programmes TV du jour