Résultats Présidentielle 2012

» S'identifier
Samedi 19 janvier, 12:35
Accueil > Sport > Autres sports > JO 2012 : Arnaud Bingo, l'ordinaire avant le grand extra

JO 2012 : Arnaud Bingo, l'ordinaire avant le grand extra

Série : Les sportifs français aux JO de Londres 2012


Chaque mercredi, retrouvez sur France-Soir le portrait d'un athlète français qui s'apprête à disputer les Jeux Olympiques de Londres. Aujourd'hui, Arnaud Bingo, champion du monde de handball.

Souvent qualifié d'"élastique", l'ailier Arnaud Bingo développe un style de jeu très spectaculaire
Souvent qualifié d'"élastique", l'ailier Arnaud Bingo développe un style de jeu très spectaculaire AFP/FRANCK FIFE

Il y a sans doute mille manières d'aborder les Jeux Olympiques, à quelques semaines du début de l'événement. Il y a ceux qui ne vivent que pour cela depuis déjà plusieurs mois, qui s'y préparent presque exclusivement et pour qui les compétitions intermédiaires ne sont que des répétitions grandeur nature. Et puis il y a les autres; ceux qui ne s'en moquent pas, évidemment, mais dont les préoccupations immédiates sont fort éloignées de Londres. Arnaud Bingo est dans ce dernier cas; incontournable en équipe de France de handball depuis deux ans, l'ailier gauche champion du monde en 2011 est presque assuré d'être de l'aventure olympique mais il a d'abord une priorité: sauver son club de la relégation. Actuel huitième de D1 avant d'accueillir Nantes samedi, Tremblay-en-France n'est que trois points au-dessus de la zone de flottaison, à trois journées de la fin. « Ce championnat est compliqué pour nous », confirme-t-il. « Alors pour le moment, je pense surtout au maintien, il faut qu'on sorte Tremblay de l'impasse », poursuit la révélation d'un dernier Euro collectivement décevant pour les Bleus.

“Une image des JO? Smith et Carlos à Mexico!”

Il ne faut pourtant pas le pousser longtemps pour qu'Arnaud Bingo aborde la perspective de disputer ses premiers JO. Les yeux brillants, le gamin né à Lyon en 1983 évoque d'emblée un haut fait qu'il n'a, bien sûr, pas pu vivre en direct. « Quand on me dit JO, je pense immédiatement à Mexico 1968, aux poings gantés et levés de Tommie Smith et John Carlos », les deux athlètes, respectivement médaillés d'or et d'argent du 200 mètres, qui entendaient ainsi protester contre la condition des Noirs dans leur pays, les Etats-Unis. « Cette image m'a toujours marquée; je l'ai même en fond d'écran », sourit Arnaud Bingo, téléphone portable en guise de preuve à la main. « Cela rappelle les valeurs du sport, qui doit contribuer à rassembler. Pour moi, le message, c'est qu'on ne doit pas essayer de diviser les gens », analyse l'ailier élastique, qui a suivi de près la récente campagne présidentielle et qui avoue qu'il ne votera « jamais pour le FN. Je ne veux pas leur interdire de s'exprimer évidemment, nous sommes dans un pays libre et il est important que ce parti puisse défendre ses idées s'il le souhaite; ce ne sont pas les miennes. Pour moi le métissage fait partie de la vie et ne doit pas empêcher l'unité », précise celui qui évolue, en club comme en sélection, au milieu de joueurs de toutes origines et de toutes confessions. Lesquels s'accordent notamment sur un point: l'importance des JO pour un athlète.

“Les Jeux, on a l'impression que c'est magique”

Tous champions olympiques en 2008, les Omeyer, Guigou, Karabatic et consorts évoquent régulièrement l'événement avec leurs cadets. « Ils nous en parlent souvent », confirme Bingo, « et l'on sent que c'est une compétition à part. Il y a beaucoup de pression, c'est un tournoi qui est vu partout dans le monde, mais il y a encore quelque chose en plus de cela. Un peu de magie. Oui, voilà, quand les “anciens”, dont certains disputeront leurs troisièmes JO, en parlent, on a l'impression que c'est magique », s'enthousiasme le tremblaysien. « C'est le tournoi que tout athlète rêve de disputer un jour », ajoute celui qui a déjà fait son choix parmi les sportifs susceptibles d'être porte-drapeau de la délégation française. Un handballeur, comme Jackson Richardson en 2004? « Ah non »! s'exclame-t-il avec force. « Pour moi, il n'y a même pas à discuter: il faut que ce soit Laure Flessel! Elle le mérite amplement, ce seront ses cinquièmes Jeux, ce qui est tout simplement incroyable. Pour moi il n'y a même pas à réfléchir; c'est une grande dame, il faut qu'elle soit notre porte-drapeau. Moi je vote pour elle! » s'emballe Bingo, qui n'aura pourtant pas son mot à dire, ne faisant pas partie des six personnalités composant le comité de désignation du porte-drapeau (Isabelle Severino, Tony Estanguet, le président du CNOSF Denis Masseglia, son vice-président Jean-Luc Rougé, Bernard Amsalem, chef de mission pour Londres 2012, et Jacques Rey, président du collège des fédérations olympiques).

On est capables d'aller chercher l'or”

L'expérience des cadres de l'équipe de France sera d'ailleurs déterminante à Londres, à en croire Arnaud Bingo. Dans un tournoi olympique qui s'annonce très relevé - « le Danemark, la Serbie, la Croatie et l'Espagne, notamment, s'annoncent redoutables », confie-t-il- les Bleus feront encore, selon lui, figure de favoris malgré un Euro en demi-teinte pour les tenants du titre. « Mais nous sommes tout de même champions du monde! », rappelle Bingo. « On est capables d'aller chercher l'or mais on devra faire avec le statut de favoris, ce qui veut dire qu'on aura face à nous des équipes à 200%, désireuses de prouver leur valeur face aux champions du monde. Des équipes qui ont étudié notre jeu, aussi, et qui s'y sont adapté », prévient l'ailier gauche, qui sait déjà ce qu'il devra apporter aux Bleus, sportivement comme en coulisses. « Dans les vestiaires, je ne suis plus le petit nouveau qui débarque mais je ne vais pas non plusme mettre à parler. Pour leur dire quoi? Je vais apprendre le hand à des mecs qui sont champions d'Europe, du monde et olympiques? » se marre-t-il. « Non, je les écoute, je prends ce qu'on me donne, et je me concentre sur ce que je dois faire en match. En tant qu'ailier, si j'ai un ballon, je dois le mettre au fond; en défense, je ne dois pas laisser passer mon vis-à-vis. Si je loupe une occasion, j'ai fait un mauvais match, donc il faut que j'aie 100% de réalisme, aucun déchet. Je me mets pas mal de pression », détaille Arnaud Bingo. Qui s'en mettra donc d'abord en club, pour empêcher la relégation de Tremblay, avant de la connaître probablement multipliée par mille aux Jeux Olympiques. Question de priorités.

 

Mercredi prochain: 

Emilie Fer, kayak

Par Jean Berthelot de La Glétais

FranceSoir l'e-mag en PDF
FranceSoir l’e-mag a 1 an
N° anniversaire gratuit à découvrir en PDF
Télécharger

France-Soir sur Facebook

Plus d’articles


Dernières vidéos

Audiences TV : Taxi est loin devant

» Voir toutes les vidéos

Les derniers commentaires

    Les membres les plus actifs

    • HeyBaal HeyBaal, le 26 jui à 17:29

      288500 points
      5570 commentaires

      En savoir plus sur HeyBaal


    • nellyolson nellyolson, le 21 sep à 19:55

      203400 points
      3716 commentaires

      En savoir plus sur nellyolson


    • Bluesun Bluesun, le 26 jui à 17:21

      155550 points
      2987 commentaires

      En savoir plus sur Bluesun


    • pasloi pasloi, le 3 mai à 21:48

      150550 points
      2433 commentaires

      En savoir plus sur pasloi


    • Jakyburn Jakyburn, le 20 avr à 21:02

      99900 points
      1686 commentaires

      En savoir plus sur Jakyburn


    Quiz

    Testez vos connaissances

    Quiz Info : Insolites, Retraite, Football et Hollande


    Tour de France 2011

    Programmes TV du jour