Résultats Présidentielle 2012

» S'identifier
Mardi 23 juillet, 10:54
Accueil > Sport > Football > Leonardo : Portrait d'un flamboyant

Leonardo : Portrait d'un flamboyant

Journal du mercato : Été 2011


Intronisé officiellement mercredi nouveau directeur sportif du Paris SG, Leonardo est très vite entré dans le vif du sujet et commence a prospecter pour attirer de futurs recrues. Portrait du Brésilien, qui entend relancer très haut le club de la capitale.

Leonardo souhaiterait attirer le milieu offensif brésilien Ganso à Paris
Leonardo souhaiterait attirer le milieu offensif brésilien Ganso à Paris MaxPPP

C'est l'histoire d'un fanatisme puissant. Fugace mais indélébile, comme ces amours d'été qui laissent une trace à tout jamais. A l'instar de Drogba à l'OM, la période Leonardo à Paris fut un moment sporadique mais mémorable. Un éclair qui se devait de frapper à nouveau. Un retour en forme de passage obligé. Un épisode que le destin ne pouvait ignorer et délaisser, comme le confirme Paolo Maldini :  « Il m'en avait déjà parlé, c'était un choix auquel il pensait depuis longtemps ».

Palmares de globe-trotter

Il faut dire que Leonardo Nascimento de Araújo est un homme de défi. Né le 5 septembre 1969 à Niteroi, celui que tout le monde appelle « Leo » est très vite attiré par l'opium du peuple de son pays, le football. Doué et patriote, il débute sa carrière avec le club brésilien de Flamengo, à l'âge de 17 ans. Il côtoie Bebeto, Leandro et son idole, Zico, avec qui il remporte son premier championnat brésilien. En 90, le milieu offensif migre vers le São Paulo FC, ou il rencontre Raï et l'ancien entraîneur mythique de la Selecao, Tele Santana. Arrivent alors les premières sélections internationales pour le gaucher volant. Attiré par le monde et désireux de culture, Leonardo rejoint l'Europe et Valence ou il restera deux saisons. Mais le contact avec l'équipe nationale se débranche et il est obligé de rentrer à São Paulo, dans l'optique de la Coupe du Monde 94. La stratégie est payante, il devient titulaire mais casse le nez de l'Américain Rob Tamos en huitièmes de finale. Il ne rejouera plus. Dans son malheur, il soulève le trophée du Mondial, après la victoire du Brésil devant l'Italie en finale.

Leonardo va alors prendre le contre-pied des habitudes, en signant chez les Kashima Antlers, au Japon. Il y reste deux saisons, et conquit l'île du pacifique par ses exploits et son attitude de gentlemen. Le PSG, vainqueur de la Coupe des Coupes, décide de l'accueillir à bras ouverts. Le joueur fait chavirer le cœur des Parisiens. Son but contre Liverpool, ses dribbles chaloupés, son sens du spectacle et surtout sa personnalité marquent les esprits. Mais Milan le convoite et Leonardo quitte Paris, en pleurs après un dernier festival contre le Steua Bucarest (5-0). Le milieu offensif évolue quatre saisons en Lombardie, où il s’impose comme un joueur majeur, et gagne un titre de champion d’Italie. En 2001, il retourne au Brésil, à São Paulo puis à Flamengo, et achève sa carrière en 2003 au Milan AC, après une saison quasi-blanche. Il a alors 33 ans.

Classe internationale

Leonardo rejoint dans la foulée la structure dirigeante du club de Silvio Berlusconi, devenant directeur technique du club. Stratège et habile communiquant, ses principaux faits d’armes sont d’avoir facilité les négociations pour faire venir Kakà, Thiago Silva et Pato. Mais plus qu'un résultat, c'est la manière qui en impose. Homme à l'élégance absolue, il incarne l'image classe et irrésistible du grand Milan AC, qui remporte deux Ligues des Champions dans les années 2000. Personnage modèle, amateur de beau jeu, chevronné et gracieux, sa cote en Italie est au zénith.

Mais le Brésilien est également généreux et se consacre à de nombreuses oeuvres sociales. A travers elles, il revient souvent à Paris, dans le cadre de son association Gol de Letra. Et regrette souvent, en aparté, les charmes de la capitale française. Mais il faut croire que ce quadrilingue a un passeport de l'aventure, quand il devient entraîneur du Milan AC, en 2009. Peu motivé par le poste, il termine à une décevante troisième place et ses conflits tactiques avec Berlusconi ont raison de son passage à Milan. Le rival honni de l'Inter saute sur l'occasion et recrute le bellâtre polyglotte. Leonardo redresse la situation et part en vacances avec le sentiment du devoir accompli, l'esprit penché vers le futur recrutement du club vainqueur de la Ligue des Champions 2010.

Personnage idoine du projet qatarien

Mais son désir passé le rattrape et épouse la folie des grandeurs des nouveaux propriétaires qatariens du PSG. Le prince héritier du Qatar, entouré de ses conseillers, charme le Brésilien sous les ors du palais royal, et définit les contours d'un rêve : (Re)faire du club de la Capitale un grand club européen. Les possibilités financières sont quasi-illimitées et Leonardo, conquis par ce projet pharaonique, est conquis. Après un mois de murmures, à travers une telenovela insoutenable, l'homme idoine tant désiré, devient officiellement le directeur sportif du PSG le mercredi 13 juillet.

Il avait quitté Paris sous le chagrin éternel de tout un stade. Et sous les regrets de L'Equipe, qui titrait le jour de son départ : « Reste avec nous, Leo ! ». C'était le 27 août 1997, contre le Steua Bucarest. Soit à peu près, le vrai dernier grand match européen du PSG. La fin d'un stade aux teintes brésiliennes, de Raï et des demi-finales de Coupe d'Europe. Le début d'un long tunnel, dans l'ombre de son homérique passé. Dans la noirceur des crises perpétuelles. 

Treize ans après, « Leo » vient terminer cette histoire inachevée. Cette meurtrissure, qui va pouvoir cesser. Ces pages jaunies par le temps, ces images remplies de nostalgiques sentiments. Leonardo vient éclaircir le Parc, de ses couleurs du Brésil. Pour remettre le courant. Et lui redonner sa lumière.

Alexandre Couppey

Réactions à cet article1 commentaire

  • Par Quelqu'un, le 25 jui à 20:44

    Quelqu'un
    Chapeau L'artiste

    @ Alexandre Couppey. L'amoureux des belles lettres que je suis n'a pas pu résister à l'envie de vous faire savoir que j'ai trouvé votre article magnifiquement bien écrit, très agréable à lire. Ce qui est rare, par les temps qui courent. BRAVO!!!!



    Signaler un abus  

FranceSoir l'e-mag en PDF
FranceSoir l’e-mag a 1 an
N° anniversaire gratuit à découvrir en PDF
Télécharger

France-Soir sur Facebook

Plus d’articles


Dernières vidéos

Audiences TV : Taxi est loin devant

» Voir toutes les vidéos

Les derniers commentaires

    Les membres les plus actifs

    • HeyBaal HeyBaal, le 26 jui à 17:29

      288500 points
      5570 commentaires

      En savoir plus sur HeyBaal


    • nellyolson nellyolson, le 21 sep à 19:55

      203400 points
      3716 commentaires

      En savoir plus sur nellyolson


    • Bluesun Bluesun, le 26 jui à 17:21

      155550 points
      2987 commentaires

      En savoir plus sur Bluesun


    • pasloi pasloi, le 3 mai à 21:48

      150550 points
      2433 commentaires

      En savoir plus sur pasloi


    • Jakyburn Jakyburn, le 20 avr à 21:02

      99900 points
      1686 commentaires

      En savoir plus sur Jakyburn


    Quiz

    Testez vos connaissances

    Quiz Info : Insolites, Retraite, Football et Hollande


    Tour de France 2011

    Programmes TV du jour