Résultats Présidentielle 2012

» S'identifier
Vendredi 24 janvier, 14:01
Accueil > Sport > Rugby > Vincent Clerc : " L'Ecosse ne doit pas nous dicter son rythme "

Vincent Clerc : " L'Ecosse ne doit pas nous dicter son rythme "

Tournoi des VI Nations 2012


A bientôt 31 ans - il les aura en mai - Vincent Clerc s'impose comme l'un des hommes de base du XV de France.

Vincent Clerc attend beaucoup du long stage réalisé à Marcoussis
Vincent Clerc attend beaucoup du long stage réalisé à Marcoussis SIPA

Vincent Clerc et les Bleus vont vivre quatre semaines en commun à Marcoussis jusqu'à la fin du Tournoi des VI nations. Une situation exceptionnelle pour l'ailier toulousain qui attend beaucoup de ce stage pour réellement lancer la nouvelle aventure avec Philippe Saint-André, dont il est l'un des cadres.  

France - Soir. Vous allez passer quatre semaines ensemble à Marcoussis. C'est important pour vous ?

Vincent Clerc. C’est un vrai luxe. C’est tellement rare pour les joueurs et le staff d'avoir l'occasion de se réunir aussi longtemps en plein Tournoi. Ce sera une vraie plus-value. C’est forcément plus facile d’avoir quatre semaines non-stop que de repasser d’une compétition à l’autre. Plus on passe de temps à s’entraîner sans coupure, plus on est efficace et plus on a de repères. Pendant un mois, on aura un fonctionnement de club. Mais cela ne veut pas dire que nous serons forcément meilleurs. Ce sera de toutes façons plus facile d’assimiler les choses. 

F-S. Le temps ne va pas être trop long à « Marcatraz », loin des familles ?

V.C. Cela fait partie de la contrainte du sport de haut niveau. Mais nous sommes contents d'être ici. Si nous ne l'étions pas, nous serions les premiers à nous plaindre. Et puis nous ne savons pas si nous y serons pour quatre semaines. Rien n'est acquis. Philippe Saint-André n’a pas dit qu’il garderait le même groupe. 

F-S. Ce sera également les dernières semaines de joueurs comme Lionel Nallet, William Servat ou Julien Bonnaire. Vous allez devoir apprendre à les remplacer…

V.C. Cela se fera petit à petit. Le but est vraiment d’assimiler les repères et de travailler dans la continuité. Je ne sais pas s’il y a le besoin d’émergence de nouveaux lieutenants. Cela se fait toujours de manière assez naturelle. Thierry Dusautoir s’est déjà appuyé sur des joueurs, des jeunes et des plus vieux. Il mène très bien le bateau. Nous ne sommes pas constamment dans l’échange. Nous sommes dans le travail. Quand il y a besoin de parler et de faire évoluer les choses, cela se fait à bâtons rompus et tout le monde a la parole. On verra le jour où Lionel Nallet et William Servat s’en iront. Des joueurs comme Dimitri Szarzewski sont aussi des leaders. Je ne m’inquiète pas. 

F-S. Que vous inspirent les Ecossais, que vous allez affronter dimanche ?

V.C. On les bat régulièrement (NDLR. Une seule défaite en treize matchs) mais il faut que cela continue. Nous avions aussi battu régulièrement l’Italie et on a perdu l’année dernière (22-21). Il ne faut pas tomber dans les comparaisons historiques. Nous sommes capables de les battre si nous mettons les bons ingrédients et si nous donnons le ton du match. On ne doit pas se laisser dicter le match par les Ecossais. 

F-S. Vous craignez leur capacité à envoyer du jeu ?

V.C. Il faudra casser leur rythme. Ils ne doivent pas maîtriser le match. Nous devrons être forts dans la bataille des rucks notamment, domaine dans lequel ils sont très bons. Ils ont toujours des ballons extrêmement rapides et arrivent à poser beaucoup de difficultés à leurs adversaires sur les rucks. Nous devrons être très bons sur les bases pour les empêcher de développer leur jeu. On ne doit pas tomber dans un hourra rugby qui ne nous correspond pas. Ce serait une erreur.

F-S. Philippe Saint-André a émis mardi des doutes sur la capacité des Bleus à enchainer les efforts. Pensez-vous avoir un déficit physique ?

V.C. Il n’y a pas d’inquiétude. Les Ecossais, en club et dans le Tournoi, tiennent très bien le ballon. Ils sont très mobiles et produisent beaucoup. On court beaucoup dans ces matchs et il faut être vraiment concentré car ils arrivent à produire des temps de jeu qui dépassent parfois les quatre minutes. Cela demande concentration et discipline. Plus on a la caisse et plus on est lucide pour tenir ces temps de jeu. Je ne sais pas où nous en sommes exactement mais je pense que nous pouvons tenir la distance.

 

Par Jean-Sebastien Hevin

FranceSoir l'e-mag en PDF
FranceSoir l’e-mag a 1 an
N° anniversaire gratuit à découvrir en PDF
Télécharger

France-Soir sur Facebook

Plus d’articles


Dernières vidéos

Audiences TV : Taxi est loin devant

» Voir toutes les vidéos

Les derniers commentaires

    Les membres les plus actifs

    • HeyBaal HeyBaal, le 26 jui à 17:29

      288500 points
      5570 commentaires

      En savoir plus sur HeyBaal


    • nellyolson nellyolson, le 21 sep à 19:55

      203400 points
      3716 commentaires

      En savoir plus sur nellyolson


    • Bluesun Bluesun, le 26 jui à 17:21

      155550 points
      2987 commentaires

      En savoir plus sur Bluesun


    • pasloi pasloi, le 3 mai à 21:48

      150550 points
      2433 commentaires

      En savoir plus sur pasloi


    • Jakyburn Jakyburn, le 20 avr à 21:02

      99900 points
      1686 commentaires

      En savoir plus sur Jakyburn


    Quiz

    Testez vos connaissances

    Quiz Info : Insolites, Retraite, Football et Hollande


    Tour de France 2011

    Programmes TV du jour